ATTENTION - CLIQUEZ ICI
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
ATTENTION - CLIQUEZ ICI


 
AccueilAccueil  WELCOME!WELCOME!  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -33%
Remise de 1000 € sur le ...
Voir le deal
1999 €

 

 (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.;

Aller en bas 
AuteurMessage
Wolfgang S. Orlov

Wolfgang S. Orlov

Points de Maison : : N/A
Messages : 87

(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Empty
MessageSujet: (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.;   (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Icon_minitimeDim 2 Aoû - 23:25



(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Ka123

« j'ai fait des choses horribles dans une autre vie, Moony, des choses si horribles qu'aujourd'hui, les cris résonnent encore dans ma tête et m'empêchent de dormir. seulement, toutes ses choses devaient être faite. écoute bien... comme tous les rois le savent, il faut faire peu de mal pour qu'un grand bien en surgisse. tu entends? si mes fautes sont douloureuses, si elles sont lourdes sur me épaules, elles n'en restent pas moins un passage obligatoire dans ma vie. je suis un monstre, je suis un monstre qui aime une petite fille de sept ans qui a un coeur de deux siècles, Moony. je t'aime comme un père aime sa fille aux premières heures de sa vie : avec un sentiment mêlé d'angoisse et de fierté. je t'aime, Moony, je t'aime comme je n'ai jamais aimé. mais ça, je ne te le dirais plus jamais... »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

« même si cette personne est également une créature des ténèbres, même s'ils te traitent de monstre, même si c'est mal ... tu restes un ange, et je t'aime. »


Revenir en haut Aller en bas
Wolfgang S. Orlov

Wolfgang S. Orlov

Points de Maison : : N/A
Messages : 87

(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Empty
MessageSujet: Re: (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.;   (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Icon_minitimeLun 3 Aoû - 1:07



OO1. Si quelqu’un sait ton nom, il a une arme contre toi.


(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Gruffud21


NOM : Orlov. C'est un choix, un nom inventé, marqué sur ses papiers. Quand il est né, son nom était Lupus.
PRENOM(S) : Caïus, à l'origine. Par la suite, il s'est renommé Wolfgang Seraphimovitch, ce qui signifie la "Meute de Loup" et "le Flamboyant".
AGE : Caïus Lupus est né durant l'Empire Romain, c'est à dire cinq siècles avant Jésus Christ. Je vous laisse faire le calcul.
ORIGINES : Avant tout, lycane. Son père était le premier lycanthrope. Quant à sa mère, elle était une mordue avant de donner naissance à son fils. Il est né lycan avant même d'être Romain, en quelques sortes. De même, il est né quelque part en Macédoine - qui verra plus tard apparaître Alexandre le Grand. Sur sa carte d'identité, Wolfgang est né à Saint Petersbourg, en Russie, et est donc russe.
PROFESSION : Wolfgang n'a jamais eu vraiment besoin de travailler.
ETAT CIVIL : Veuf, il a perdu une fille il a cinq cent ans de cela. Il a trois fils : Vitaly (1896 ans), Kirill (1650 ans) et Lycaon (856 ans). Aux yeux de la loi, Moonlight Midnight est sa fille adoptive de quinze ans - dans la réalité, elle s'est faite mordre par ce dernier il y a deux cent cinquante deux ans, et a encore l'apparence d'une enfant de huit ans.




OO2. L'histoire nous façonne, les souvenirs nous construisent.

Plus bas... non, j'vous jure, allez plus bas. Ca sera mieux.


OO3. Nous avons les moyens de vous faire parler.


Quelle forme prend votre Epouvantard ? Il est assez variable... ce n'est pas que Wolfgang a peur de tout et de rien, mais il a une vie très dangereuse qui fait qu'il ne peut pas toujours avoir la plus totale confiance. Les épouvantards qui reviennent sont au nombre de quatre : lui en vulgaire loup, aggressif et en sang ; moonlight ensanglantée ; le cadavre de sa femme qui le montre du doigt ; son père lui hurlant qu'il est la honte de sa race. Quatre choses assez horrible à supporter pour lui.
Que verriez-vous dans le Miroir du Risèd ? Moonlight avec le corps d'une femme de vingt cinq ans et une petite fille avec eux, une petite fille aux grands yeux bleus.
Où transplaneriez-vous si vous en aviez la possibilité ? Nul part. Wolfgang est toujours là où il le désire.
Quelle forme prend votre Patronus ? Un loup garou d'un blanc argenté.
Quel est votre sortilège favori ? Fidelitas. Il trouve ce sortilège magnifique.
Quel est celui qui vous terrifie le plus ? Videntraille? *rires*
Qu'avez-vous ressenti en entrant à Poudlard ? Wolfgang n'a jamais pris de cours. Les écoles n'existaient pas à son époque.
Quelle forme de magie vous attire le plus ? Quelle question barbante...
Appréciez-vous la discipline ? Il faut savoir doser.
Quelle
est la pureté de votre sang ? *grin*



OO4. Vous ! Oui, vous !


PSEUDONYME, PRENOM : Sha le Chat :3
AGE : 17 ans ^^
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? QU'EN PENSEZ-VOUS ? *toussote*
LE MOT DE LA FIN ? kabbom kaboom!

Revenir en haut Aller en bas
Wolfgang S. Orlov

Wolfgang S. Orlov

Points de Maison : : N/A
Messages : 87

(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Empty
MessageSujet: Re: (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.;   (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Icon_minitimeLun 3 Aoû - 1:31



YOU'RE THE ONLY ONE
WHO CAN FORGIVE ME FOR EVERYTHING,
THE ONLY WHO CAN UNDERSTAND ME.
.
« I'll build a wall and we can keep them on the other side.  »


Le feu crépite dans la cheminée. Je suis au calme, là, sur ce fauteuil, un livre dans les mains. Il n'y a personne dans le Manoir, juste Moony et moi. Nous sommes au calme, et ça fait un peu de bien tout de même. Le bruit, la fureur, tout ça m'incommode. Les jours noirs arrivent, et je n'ai pas envie de me fatigué avant qu'il soit l'heure. Moony est là, de longs cheveux bruns qui tombent sur ses épaules et ses grands yeux bleus trainent sur son livre. Elle est comme absorbée par les lignes, et elle lit si vite que ses pupilles ne semblent pas bouger. Elle est heureuse, là, un sourire béat sur les lèvres. La veille, sa petite robe blanche était tâchée de sang. Elle a beaucoup pleuré, car elle l'aimait beaucoup, sa petite robe, mais je n'avais pas le choix. Si je n'avais pas dévoré ce sorcier, nous ne serions pas là, ensemble, devant ce petit feu. On dit, dans les dossiers du Ministère, que je suis un homme dangereux, un lycanthrope qui nuit à la société. Je ne sais pas si je nuis plus qu'un être humain, qu'un simple sorcier. Ce que je sais, par contre, c'est combien leur haine envers moi est grande. Ils ont pourtant oublié que la rancune d'un coeur de chien est plus tenace que celle d'un humain : nous vivons – malheureusement – plus longtemps qu'eux. Moony se retourne et elle ouvre la bouche. Ses petites dents blanches, pointues sous ses lèvres rose thé, sont l'une des marque significatives de sa nouvelle famille, de sa race. Moony n'est pas une sang pur, elle n'est pas comme moi, pourtant, elle est là, et elle me regarde. Son regard n'est pas vraiment bleu : il est gris vert, et parfois, quand il va bientôt pleuvoir, et que les nuages sont gorgés d'eau, ses yeux deviennent si gris que l'on croit qu'elle est triste. Quand Moony pleur, c'est le monde qui pleur, comme pour accompagner la beauté et l'innocence d'une enfant aux yeux gris de pluie. Moony est la façade en peine de la nuit. Sa peau est blanche comme la lune, ses cheveux noirs comme le ciel, parfois un peu bleuté, quand la cendre des rayons lunaires volent sur elle. Ses yeux sont gris, ses lèvres pâles et fines. Elle est petite, toute fine, et a de petites dents. Tout chez elle est petit, sauf le coeur. Elle se lève, pose le livre sur la table basse et marche vers moi, lentement, d'un pas de loup si j'ose dire. Elle tend sa main et la pose sur la mienne, grimpant avec facilité sur mes genoux. Je suis un géant par rapport à elle. Ma main est presque aussi grande que sa tête. Si je lui mettais une gifle, elle mourrait sur le coup. Cette main, si meurtrière soit elle, je la pose sur sa tête et je la tapote. Elle ferme les yeux, un large sourire sur les lèvres. Elle est heureux comme un petit chien qui reçoit des caresses de son maître. Elle tend ses bras, poses ses pieds sur mes cuisses et enlacent ma nuque. Sa tête est posée sur son épaule, et je sens son souffle régulier dans ma nuque. Elle est là, elle est triste, je le sais. Je passe mon bras sous elle, la soutenant autant que je le peux.

« Papa... c'est vrai que Dany viendra plus à la maison? » J'ai un sourire forcé, j'essaye de la réconforter, mais je n'y arriverais pas. Je sais déjà : c'est une bataille perdue d'avance. « Pourquoi Papa? Pourquoi Dany ne peut viendra plus? » Je la fais glisser sur ses genoux, et j'entoure ses épaules de mon bras. Je la regarde dans les yeux, triste.
« Écoute Moony, écoute bien... les loups garous et les humains ne sont pas amis. Les humains sont mauvais avec nous, nous sommes mauvais avec les humains. Cette guerre, aussi stupide soit elle, dure depuis des siècles déjà, et Dany a fait les frais de cette bêtise comme beaucoup avant lui. Dany a été un héros, il a défendu de sa vie ce qu'il croyait être bien pour la meute. Dany ne pourra plus venir à la maison, Moony, car il n'existe plus. » Elle me regarde, sert mon pouce dans sa main. C'est la seule chose qu'elle peut faire.
« Mais nous, nous... »
« Si, Moony. Nous le faisons aussi. Car c'est dans notre nature d'être ainsi. »
« Mais toi Papa, tu ne le fais pas. Pas vrai? »

Moony est naïve. Elle est jeune. Trop jeune. Je hoche la tête positivement. Je ne veux pas briser son coeur d'enfant, pas lui dire que je jubile quand ma mâchoire se referme sur la gueule d'un sale gars, un soir de pleine lune, que je prends mon pied à entendre craquer son crâne sous mes doigts, que j'adore le goût de la chair chaude dans ma bouche. Ceux ne sont pas des choses que je lui dirais. Même dans cent ans. Je suis sa figure paternelle, je dois lui montrer le bon exemple. Elle apprendra en temps et en heure à ne tuer que les vermines de ce monde, à repérer un terrain, à ne pas faire d'erreur. Car aucune bavure n'est autorisée.

« Papa... as-tu été humain? Je veux dire, avant... comme moi? » Elle me regarde, avec ses yeux jour-de-pluie. J'ai un peu de peine, mais je veux être franc.
« Non, Moony. Je suis né ainsi. Je n'ai jamais été humain. »

Elle fait la moue. Elle ne pleur pas, pas encore, mais je sais qu'au fond d'elle, quelque chose vient de se briser. Je ne suis pas « comme » elle. Elle est petite, fragile, si jeune, et toute nouvelle dans notre meute. Je suis grand, implacable, si vieux, et je suis un alpha. Elle est mon opposée le plus radicale. Sans oublier qu'elle est une lycane de sang impur, et que je suis un alpha de sang pur. Nous ne sommes pas du même monde, mais je l'ai sauvé du sien. Elle posa sa tête sur mon buste, comme un chaton ronronnant. Elle ferma les yeux et soupire, du bout des lèvres :

« Raconte moi l'histoire, Papa... l'histoire de cette petite fille, qui s'appelle Moony aussi... »

Son histoire. La sienne. Celle que je ne raconte qu'à elle, celle que tous ignore. Je t'aime beaucoup, Moony, tellement que je mens. Je n'ai jamais menti de toute ma vie. À ma meute, à ma famille. Mais à cause de toi, je crois que je suis devenu meilleur. Un peu. En quelque sorte.

« Il y a longtemps, des lunes et des lunes dans le passé, si longtemps que tu n'étais même pas encore né, il existait déjà un grand loup. Il était si grand que tout le monde tremblait en le voyant. Il était si fort qu'en mettant un coup de pied dans un caillou, il faisait trembler la terre entière. Il avait une grande famille, une grande meute qui l'aimait, mais malheureusement, il se sentait seul. Si seul et si triste qu'il ne savait plus s'il avait un coeur qui savait ce qu'était le bonheur. » Elle me regarde, elle est fascinée. J'aime quand elle me regarde avec des yeux plein d'étoiles : c'est comme s'il n'y avait que nous sur terre, à ce moment précis. « Dans la forêt où Grand Loup habitait, une vilaine famille arriva. Il y avait, dans cette famille, une maman grosse et qui sentait mauvais. Elle avait de long cheveux rouge feu et des yeux de vipère. Elle hurlait tout le temps, avec une voix si forte que même son mari s'en plaignait. Son mari était grand et maigre, comme une ficelle. Il avait des cheveux noirs et des yeux de la même couleur. Ou était-ce la crasse qui le couvrait qui le rendait si sombre? Nous n'en savons rien. Le mari et la femme avaient cinq enfants. Trois garçons, maigres et bêtes, qui croyaient que tout leur était dû, et que nul ne pouvait vivre sans eux. Ils étaient aussi sales que la mère, et buvait autant que le père. Le quatrième enfant était une fillette qui ressemblait étrangement à sa mère, à une seule chose prêt : elle n'avait pas de voix, mais sentait mauvais. La dernière des enfants, pourtant, elle, avait été touché par la grâce divine. Elle était toute petite et fragile, sentait bon la fleur et la rosée. Ses joues étaient grosses, et son visage fin. Elle était si jolie que tous ses frères et sœurs étaient jaloux, et la frappaient avec leur chaussure. Le père et la mère, agacés de l'intelligence de la petite fille, la battait eux aussi, mais avec des nerfs de bœuf et parfois avec des cuillère en bois, si fort que la peau toute nacrée de la petite fille devenait rouge et bleue. Le Grand Loup, qui était tout seul, se baladait un jour dans la forêt, et il savait – il sentait tout du moins – la famille qui venait d'arriver dans son territoire. Un jour, donc, il alla au plan d'eau, pour boire un peu. La lune était pleine, et il faisait froid, terriblement froid. Le sol était recouvert d'une épaisse couche de neige, et l'eau était gelé par endroit. L'hiver était rude. » Je la regarde et je la vois qui dort, là, sur mon épaule. Je n'entends rien, juste sa respiration, calme et apaisée.


Revenir en haut Aller en bas
Wolfgang S. Orlov

Wolfgang S. Orlov

Points de Maison : : N/A
Messages : 87

(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Empty
MessageSujet: Re: (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.;   (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Icon_minitimeLun 3 Aoû - 1:35



J'ai un sourire triste et je continus, à voix basse : « Ce jour là, je t'ai vu, tu étais au bord du lac. Tes frères et sœurs t'avaient envoyés pour chercher un peu d'eau. Le campement était juste à côté. Il n'y avait pas loin, mais tu n'étais pas habillée. Tu avais une robe fine de lin, et un long châle rouge sang, troué par les mites. Tu m'as vu, là, au bord du lac, dans mon long manteau noir. La lune était pleine, oui, mais je n'étais pas bête, pas cette nuit là. Tu m'as vu et tu n'as pas crié, même si mes yeux brillaient dans la nuit. Tu as penché la tête et tu m'as demandé si j'étais un démon ou un de ces monstres qui hantent les bois. Je n'ai pas répondu, j'ai approché tout simplement. Tu n'as pas reculé. Tu m'as regardé profondément dans les yeux et tu as eu un sourire triste, en me disant que si j'étais un monstre, ce n'était pas grave, car mes yeux étaient tristes, alors je n'aurais pas le coeur de te manger. Tu avais su toucher juste dès la première fois. Je t'ai aidé à prendre de l'eau, pour ne pas que tu tombes dans le lac, et tu es repartie, sans une plainte. Tu avais un bleue sur la nuque, et tes cheveux étaient mal coupés. On aurait dit une paysanne d'un temps passé. Vous viviez comme des rats avec tes parents, dans deux caravanes de bois, sans chauffage, sans lumière, sans rien. Tu sentais mauvais, mais derrière la crasse et la sueur, il y avait l'innocence, et tes yeux clairs n'en ressortaient que plus merveilleux. Je t'ai aimé dès ce moment là. Je suis revenu le soir suivant, comme un monstre. Vous étiez à table, dehors, au centre des caravanes. Tu m'as vu la première mais tu n'as pas crié. J'ai d'abord décapité ta mère, car elle hurlait trop fort. Ton père a pris la carabine et il m'a troué l'épaule, puis je l'ai dévoré. Deux de tes frères se sont mis face à moi. L'un s'est pissé dessus, je l'ai assommé d'un coup de patte. J'aurais dû l'assommer, mais j'avais tellement la haine que mes griffes lui ont défoncé la boîte crânienne. Il s'est effondré sur le sol, la cervelle s'est répandue sur le blanc, rose et rouge. Ton autre frère est tombé sur le sol, il a reculé dans la neige, en chialant. J'ai plongé ma gueule dans ses boyaux et j'ai juste tiré dessus, pour qu'il se sente tellement mal qu'il en meurt. Il a crié puis je l'ai égorgé, d'un coup de croc. Je suis monté dans la caravane où s'était réfugié ton frère et ta sœur. Alors que je défonçais la porte, ton frère a jeté ta sœur contre moi. Je l'ai réceptionné d'un coup de croc. J'ai entendu un crac horrible : je venais de rompre sa colonne vertébrale avec mes dents. Pendant ce temps là, il s'est enfui par la fenêtre. Quand je suis ressortit, il courrait. Il te laissait là, au milieu, et toi tu m'as regardé avec tes yeux de pluie. J'ai eu si mal au coeur que j'ai couru aussitôt, comme un démon. Il s'est arrêté, s'est retourné, mais j'avais déjà sauté. Je me suis réceptionné sur lui, mes pattes arrières lui ont écrasé les épaules, et il est sans doute mort dans d'atroces souffrances. Je l'ai laissé là, brisé en deux. Je me suis retourné. J'étais en sang, mais ce sang n'était pas le mien. Je me suis approché lentement de toi, je n'ai pas voulu te brusquer. Tu as tendu ta main vers ma gueule, et tu l'as posé sur mon museau avec une telle tendresse que j'ai fermé les yeux. Je me suis rapproché de toi et tu as posé ta tête sur la mienne. Ton visage s'est recouvert du sang de ta famille. Je venais de faire ce que tu avais toujours désiré. Je venais de te délivrer. Tu t'es endormi là, tout contre moi. J'ai repris ma forme humaine. J'étais recouvert de sang, et je t'avais toi, dans mes bras. J'aurais pu finir le travail, j'aurais pu te tuer, mais je ne l'ai pas fait. Tu t'appelais Sunset. Tu étais à moi, tu m'appartenais. Ta vie entière venait d'être lier à la mienne. Je t'ai ramené chez moi, au sein de ma famille. Je t'ai posé dans mon lit, et j'ai dormi avec toi, pour te tenir au chaud. Tu aurais pu faire des cauchemars, mais c'était faux, pas vrai? Tu as tenu ma main toute la nuit, et tu as dormi si paisiblement, si longtemps... je n'ai pas dormi. Je suis resté là, à te regarder, à voir chaque sourire sur ton visage. Tu étais jolie, Sunset, mais tu es devenu radieuse plus tard. Le lendemain, je t'ai enfermé dans ma chambre et j'ai posté Dany devant la porte. Je suis allé voir le Conseil de ma Meute et j'ai annoncé que j'avais une fille désormais. On m'a regardé avec de grands yeux, on m'a demandé qui était la lycane qui l'avait porté. Je leur ai dit que tu étais une bâtarde, qu'une humaine t'avait porté en son sein, que j'avais connu cette femme sept ans dans le passé. C'était faux, mais personne ne le su, et tous approuvèrent ton entrée malgré ton impureté. Tu n'étais pas fille de lycans, tu n'étais même pas une hybride. Tu n'étais qu'une mordue, la pire des hontes, mais qu'importe, après tout? Tu étais ma fille. Quand je suis rentré dans ma chambre, je t'ai trouvé éveillé. Tu m'as demandé ce que j'allais faire, alors je t'ai demandé si tu voulais que j'efface tes souvenirs, si tu voulais un nouveau prénom, une nouvelle famille. Un nouveau départ pour une nouvelle vie. Tu m'as dis oui. Alors je t'ai mordu, j'ai effacé tes souvenirs et je t'ai appelé Moony. Et aujourd'hui, tu crois encore que tu l'es, n'est-ce pas? C'est bien. C'est aussi bien, je crois... »

Elle est là, dans mes bras, elle ne bouge plus. Elle est bien au chaud. Je tend mon bras sur le fauteuil d'à côté et attrape ma lourde veste que je pose sur elle. La veste est si grande qu'elle pourrait la cacher entièrement. Je la sers contre moi, je dépose un baiser sur son front, et je ferme les yeux. Je réfléchis : je ne dors jamais vraiment. Tu sais à quoi je pense, Moony? Je me demande pourquoi je t'ai épargné cette nuit là. Était-ce vraiment la solitude qui m'a rendu triste? Je n'en sais rien. Je n'ai vraiment d'héritier, tu sais. J'ai trois « fils », mais je n'ai jamais vraiment mordu pour faire que ma race s'agrandisse. Je suis sans doute le plus vieux lycanthrope. Je suis l'héritier le plus direct de tout premier d'entre nous – encore vivant en passant. Je suis tout ce qu'un loup garous peut vouloir être. Pourtant, je ne me sens pas complet. Pas essentiellement « plein ». Je me sens vide. Je me sentais vide, tout du moins. Depuis que tu es là, j'ai un nouveau but dans la vie : te protéger, te rendre heureuse. Je donnerais ma vie pour toi quand je n'accepterais aucun sacrifice de ta part. Même si je suis dangereux, même si je suis connu de tout le monde, je sortirais en plein jour s'il le faut, sans capuche, sans masque, pour que tu vois le soleil et que tu manges une glace. Tu mérites une vie normale, tu mérites un foyer chaleureux. Tu ne mérites plus d'être battue.

Tu es belle, Moony. Tu es, de toutes mes lunes, la plus radieuse.
Tu mérites tellement...


Revenir en haut Aller en bas
Wolfgang S. Orlov

Wolfgang S. Orlov

Points de Maison : : N/A
Messages : 87

(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Empty
MessageSujet: Re: (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.;   (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Icon_minitimeLun 3 Aoû - 4:19




PNJS sous wolfgang s. orlov.





(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Jared_2-6

VITALY PIOTROVITCH ORLOV. « if you want to find hell, i can show you what's it's like » Premier fils de Wolfgang, Vitaly est aussi le plus discipliné. Il a connu sa mère durant longtemps et c'est même lui qui a assisté à sa mort. Vitaly, à l'instar de ses deux frères, est quelqu'un qui a toujours vécu dans la meute et ne vit que pour elle. Depuis qu'il a rencontré Ava, il est confronté à un problème assez étrange : le choix. Elever son fils parmis ses "frères" ou l'élever dans un cercle familial commun? Si Ava lui fait la guerre pour rester à la maison et ne pas aller gambader, le lycanthrope a toujours un peu du mal à rester en place. Vitaly est un lycanthrope plutôt pacifique, mais d'un naturel impulsif qui le fait souvent sortir de ses gonds plus qu'il ne le faut.
plus d'informations...
nom : né Lupus, renommé Orlov.
prénoms : nommé Icare, il s'est vu renommé en Vitaly Piotrovovitch.
âge : 1896 ans déjà. il est en 113 après Jésus Christ.
origines : il est né à Trajan, juste après que le forum soit fini.
Vitaly est donc italien, bien que sur sa carte d'identité, il soit né à Varsovie.
profession : aucune.
état civil : il est deux fois mariés. sa première femme,
Soleil de Mascarace, est morte très jeune. c'était une vélane :
elle lui a donné un fils. Jake Orlov. par la suite, Vitaly a rencontré
Ava Taylor avec qui il est toujours marié. cette dernière a 35 ans
et lui a donné un fils : Celio Orlov. Ava n'est pas lycane, mais Celio l'est.


+ lycanthrope
+ occlumens


(c) ONLY SHA
feat jared leto


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; AC004

KIRILL LUBIMOVITCH ORLOV. « that's not a bite. that's a scar. everyone will know you belong to me now. » Deuxième fils de Wolfgang, Kirill est très différent de son grand frère bien qu'il soit proche de ce dernier. Kirill a toujours été un enfant très renfermé et froid. Les tragédies de son enfance, que ce soit les massacres entre les meutes ou les guerres avec les vampires l'ont énormément choqué. Quand il fut en âge de quitter la meute pour faire la sienne, c'est à dire deux cent ans, il a mordu trois personnes, qui auraient du - avec lui - former la plus belle des familles. Seulement, une mourrue de la fièvre, une deuxième se tua pour ne pas devenir un monstre et la dernière se tourna contre lui, jurant de le tuer. Après cela, Kirill n'a plus jamais retenté de mordre quiconque et il ne semble pas enclin à quitter sa solitude. Beaucoup ne connaisse pas Kirill - ou que de nom. Il y a bien longtemps qu'il n'est pas réapparu à la vu de tous.
plus d'informations...
nom : né Lupus, renommé Orlov.
prénoms : nommé Tibérias, il s'est vu renommé en Kirill Lubimovitch.
âge : 1650 ans déjà. il est en 359 après Jésus Christ.
origines : il est né à Naissus, en Serbie. Sur sa carte d'identité, il est né à Moscou.
En réalité, Kirill est donc Serbe, mais pour lui, il n'appartient à rien ni à personne,
car rien ne l'accroche. Rien, si ce n'est son père.
profession : c'est un loup errant.
état civil : il est célibataire. il l'a toujours été...


+ lycanthrope
+ a les yeux vairons - un bleu & un ambre -


(c) ONLY SHA
feat ben barnès


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; 8xjymx

LYCAON NIKOVITCH ORLOV. « because i don't want to lose them i can take any kind of pain or treatment. » Dernier fils de Wolfgang, Lycaon est encore unique et ne ressemble à aucun de ses deux frères. Certes solitaire et loin de la meute, Lycaon n'en reste cependant pas moins entouré de sa petite famille. Unique enfant de Wolfgang qui a perpertué la pureté de leur sang, Lycaon a épousé Lena Allakukian, jeune lycane de sang pur elle aussi, et a eu avec elle trois enfants : Alekseï, Nikolas et Maksim. Si Lycaon a vécu - tout comme Kirill - dans ses conditions assez peu envieuses, il n'en est pas moins resté fort. De tous les lycanthropes, Lycaon est celui qui inspire le plus la sympathie, voir même l'admiration. Fascinant, intelligent, réfléchi, pacifique - voir un peu trop -, Lycaon est de ce peuple qui ne se mêle de rien et vit en total autarcie. Lycaon est quelqu'un de bien, de très bien, si bien qu'il n'a pas même pris la peine de changer son ancien prénom, et ce nomme ainsi depuis qu'il est né.
plus d'informations...
nom : né Lupus, renommé Orlov.
prénoms : nommé Lycaon, il a gardé son prénom et a ajouté Nikovitch derrière.
âge : 856 ans. il est en 1153 après Jésus Christ.
origines : il est né à Lvov, en Galacie, région historique entre la
Lituanie et la Pologne. Sur sa carte d'identité, Lycaon est né à Bialogard.
profession : ministre de la justice à Berlin.
état civil : il est marié à Lena Allalukian. pour l'éternité.


+ lycanthrope


(c) ONLY SHA
feat jim sturgess


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Shannyn-a01

MOONLIGHT SERAPHIMOVNA MIDNIGHT. « everybody treat me as if i've been broken. they don't know who i am. » Unique humaine mordue par Wolfgang, Moonlight, surnommée affectueusement par son père "Moony", a longtemps gardé une apparence enfantine. Mordue à l'âge de huit ans - et sauvée de ses parents qui la maltraitée -, Moony a deux cent cinquante deux ans, elle n'en paraît aujourd'hui que quinze, voir tout au plus dix sept. Pourtant, la puissance égale bien celle d'un être de 252 ans, et ce, grâce à Wolfgang. Leur relation est ambigu, étrange. Ils s'attirent et se repoussent. Wolfgang aimait voir en elle une petite princesse fragile avec de très longs cheveux, mais aujourd'hui, Moony est une guerrière aux yeux ardents qui cherche le baiser du père, un baiser incestueux, que rejette Wolfgang. Pas violemment, certes, mais... est-ce vraiment bien? Moony est un cinquième année, à Poudlard, chez les Serpentards. Elle est une sorte... d'infiltrée?
plus d'informations...
nom : née O'Hallan, Wolfgang l'a renommé Midnight.
prénoms : née Sunset, Wolfgang lui a donné pour nom Moonlight
"Moony" Seraphimovna.
âge : 252 ans, née en 1757 après Jésus Christ.
origines : il est né à Brandebourg, dans le Royaume de Prusse.
Sur sa carte d'identité, il est écrit qu'elle est née à Vienne.
état civil : fille adoptive de Wolfgang, bien qu'elle aimerait devenir plus.


+ lycanthrope
+ occlumens


(c) PNJ RESERVE POUR P.
feat shannyn sossamon


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Fc77

EDWARD KENNEDY CLASH. « your bullshit doesn't scare me. i won't stop, even if you cry. » L'unique personne que Wolfgang est allé chercher de lui même. Edward Clash, blanbec tout droit sortit de Washington, 26 ans, et déjà 13 gamins dans les pattes, n'avait rien du parfait soldat que chercher Wolfgang. Ce dernier avait omis un petit détail : Edward Clash n'est pas un pion. Si l'Américain, car c'est ainsi que l'on l'appelle, a un air tout à fait bête, il ne l'est pas, et ça, le lycanthrope le sait. Edward Clash, chef d'une petite bande qui cherche à faire tomber la dictature américaine, a fait un "marché" avec Wolfgang : si Clash aide Wolfgang à faire son plan, Wolfgang l'aidera en retour à faire tomber le Ministère Américain. Le marché n'étant pas compliqué, ils ont tous deux signés. C'est un arrangement.. plus. C'est une presque promesse.
Spoiler:
 
plus d'informations...
nom : Clash, qui signifie Affrontement.
prénoms : Edward Kennedy Reagan Kraft River.
âge : 26 ans, à peine...
origines : il est né à Washington.
état civil : marié à Maïka Clash, née Ollen, et a treize enfants, sans
compter celui qui grandit depuis deux mois dans le ventre de l'hawaïenne
et une fausse couche qui remonte à sept ans.




(c) PNJ SHA.
feat edward norton







« tu te rappelles de l'histoire du poète, Moony? moi, je l'ai connu, ce poète. c'était même un ami. il était sympathique, tu sais... je l'aimais bien, d'un certains sens. il avait un pendule avec lui. il disait sans cesse qu'un jour, tout tournerait mal, et que le pendule devait être protéger, garder secret, car tous le désireraien, tôt ou tard. Alors ils l'ont tués. lâchement. enfermés dans un cercueil, et Helga qui veille... je trouve ça assez triste. pas que Helga guette ce cercueil, mais que l'on ose dire que cette histoire est un conte. je vais leur montrais, moi. alors tout le monde saura la peur qui dévora les entrailles du Poète. tu entends, Moony? un jour, je réussirais. et il est bientôt l'heure. »






Dernière édition par Wolfgang S. Orlov le Mer 5 Aoû - 1:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Bar-Lev


    the stars rule our lives. he'll teach you to understand their songs ...

the stars rule our lives. he'll teach you to understand their songs ...
Isaac Bar-Lev

Points de Maison : : N/A
Messages : 19

(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Empty
MessageSujet: Re: (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.;   (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Icon_minitimeLun 3 Aoû - 17:19

    Alors que dire ... C'est magnifique, déroutant et glauque. Bienvenue, roi du vice !

    Tu es validée ! Je déplace. (a)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Empty
MessageSujet: Re: (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.;   (v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.; Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
(v) le diable en pleur déjà. WOLFGANG O.;
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATTENTION - CLIQUEZ ICI :: introduis-toi dans ce monde. :: présente ton personnage. :: bienvenue parmi nous.-
Sauter vers: