ATTENTION - CLIQUEZ ICI
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
ATTENTION - CLIQUEZ ICI


 
AccueilAccueil  WELCOME!WELCOME!  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -65%
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
Voir le deal
209 €

 

 le coup de la panne...

Aller en bas 
AuteurMessage
Talia Metzcalli

Talia Metzcalli

Points de Maison : : 0/100
Messages : 7

le coup de la panne... Empty
MessageSujet: le coup de la panne...   le coup de la panne... Icon_minitimeSam 29 Aoû - 14:10


    Encore une longue journée de travail qui se terminait. Pour info il était 22h comme souvent quand Talia regardait l'heure, fatiguée mais satisfaite d'être enfin venu à bout du travail des autres. Son travail à elle il y avait bien des lustres qu'elle l'avait terminé, pour être honnête si elle ne faisait que son boulot de stagiaire elle aurait fini entre seize et dix-huit heure. Mais comme elle était serviable, plutôt hyper active et qu'elle faisait le travail parfaitement, on lui en donnait toujours plus. Là elle venait juste de finir d'examiner les propositions pour les nouveaux uniformes des aurors. Il fallait dire que les anciens étaient d'un marron peu flatteur et qu'ils évoquaient plus un croisement entre un soldat de la garde royal britannique et un bolchévique qu'autre chose. Comme Talia l'avait malencontreusement fait remarqué au chef des Aurors, non seulement c'était pas franchement discret mais en plus c'était ringard et moche. Elle n'avait pas sa langue dans sa poche et malheureusement toutes ses expériences passé ne lui avaient enseigné aucune leçon qui aurait pu lui permettre de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

    Chef des Aurors- Puisque vous avez tellement de goût vous n'avez qu'à choisir à ma place, je vous laisse avec les conseillers du département de communication, en plus ils sont de votre branche non?
    Talia- Euuh oui.

    Et c'est comme ça qu'il lui avait collé un énorme carton d'une tonne dans les bras et qu'il s'était barré en sifflotant, la laissant avec les soit disant experts qui étaient encore plus bavards qu'elle si c'était possible. L'un préconisait l'uniforme couleur bois de rose parce que c'était le moins cher:

    Talia- C'est le moins cher mais allez faire porter du rose aux gars du département des Aurors vous serez bien reçu. Non en plus, même si c'est une couleur très classe dans cette déclinaison je suis désolée mais les finitions ne sont pas top et ça serait plutôt le genre de chose que je proposerais pour les discours officiels pas pour le terrain. Vous avez vu ça? Vous croyez vraiment qu'on peut courir avec ça? Essayez un peu de vous mettre à leur place, c'est comme ça qu'il faut penser sinon vous ne trouverez jamais la tenue optimale.

    Ensuite il y avait l'uniforme gris bleu à suspension magique:

    Talia- Il n'y a que les joueurs de Quidditch qui peuvent se permettre de faire un aussi gros chèque pour des uniformes de série...

    Et ça avait été comme ça toute la journée. Elle avait passé son temps à argumenter et à batailler face à des imbéciles de bureaucrates qui n'arrivaient même pas à se représenter les intérêt du client. Une complète perte de temps. Finalement elle les avait tous renvoyés en disant qu'elle allait y réfléchir. A dix heure du soir donc, elle eut une profonde inspiration, prit son carton de trois tonnes avec elle et se dirigea vers l'ascenseur, tellement pressée de rentrer chez elle. Elle était en train de quitter ses talons, se croyant seule, quand quelqu'un se glissa entre les deux portes qui étaient en train de se fermer. Elle qui se croyait la seule à quitter le bureau aussi tard.
    Ce ne fut que dans un second temps qu'elle remarqua qui était le fameux jeune homme qui venait d'entrer. C'était l'auror du dossier de transfert. Une seconde elle le fixa avec ce genre d'expressions qui veulent dire "oh non j'y crois pas" puis elle s'éclaircit la voix et le laissa appuyer sur le bouton qui menait à l'atrium, lui aussi devait avoir hâte de rentrer chez lui. Talia ne dit d'abord rien. Elle se connaissait assez pour savoir que si elle commençait par parler elle allait immanquablement finir par lui dire à quel point son dossier avait retenu son attention ce qui, elle le savait très bien n'était pas la meilleure technique de drague. De plus, si il lui plaisait physiquement et que son cv était impressionnant elle ne savait absolument rien de lui. L'ascenseur descendait doucement, Talia décida de poser son carton qui était vraiment trop lourd (on ne pouvait pas utiliser la magie dans les ascenseur sous peine de déclencher le système vigisorcier du ministère). Au moment où le carton toucha le sol, il y eu un genre de secousse, la lumière vacilla et l'ascenseur s'arrêta. Talia releva les yeux, écartant une mèche de cheveux de son visage comme elle s'attendait avoir entrer une troisième personne mais rien ne se passa. Cinq minutes passèrent, elle appuya sur le bouton de descente mais toujours rien...

    Talia- J'ai bien l'impression que c'est une panne...', au même moment ils entendirent dans l'interphone quelqu'un en train de chantonner et puis une porte qui grinçait et se refermait dans un son mat...,'... et ça c'est Bob le gars de l'entretient, qui a fini son service.', rajouta-t-elle blasé.

    Talia connaissait presque tout le petit personnel au ministère, et elle savait aussi qu'ils n'y avaient que deux préposés à la maintenance des ascenseur qui étaient au ministère tous les jours, Jensen, le fonctionnaire super ponctuel qui partait toujours à dix-huit heure et pas dix-huit heure une et Bob, qui aimait les beignets mais ça n'a rien à voir avec notre histoire. Or Bob venait de partir.

    Talia- Vous croyez que vous arriveriez à ouvrir les portes sans utiliser votre baguette?', fit-elle un peu désolée pour lui qu'il doive se taper le sale boulot.

    Ce n'était même pas la peine de penser à lui faire essayer, il ne fallait pas sortir de l'université magique pour se rendre compte que Talia n'avait pas une grande force physique. Mai elle était très intelligente ce qui compensait. Malheureusement, ce qu'elle ne savait pas c'était que son idée aurait été géniale... si seulement l'ascenseur n'était pas bloqué entre deux étages.






Revenir en haut Aller en bas
Nouchka G. Vanna Syl


    the death behind pure blue eyes. be careful about him.

the death behind pure blue eyes. be careful about him.
Nouchka G. Vanna Syl

Points de Maison : : 0/100
Messages : 6

le coup de la panne... Empty
MessageSujet: Re: le coup de la panne...   le coup de la panne... Icon_minitimeDim 30 Aoû - 13:00



    Revenir au ministère avait été étrange. Troublante sensation que celle qui vous donnait l'impression de rentrer chez vous. Cet endroit lui avait manqué. Enormément. Le jeune homme avait retrouvé avec plaisir l'effervescence qui régnait au département des Aurors. Bon, il avait également retrouvé son chef qui hurlait si mélodieusement, mais aussi ses coéquipiers comme Knox Dahana et sa propre soeur, Misha. Il aimait trop son travail pour que la sirène hurlante qu'était son chef vienne perturber son bonheur. Pourtant, la journée avait été consacrée à son renvoi de dossier. Il y avait beaucoup de paperasses administratives, et il avait dû s'entretenir longuement avec le boss. C'était un type intimidant, style flic incorruptible, au regard d'acier tempé, à la voix particulièrement grave, et qui adorait vociférer. Nouchka le soupçonnait d'être un Legilimens mais sans preuves ...

    « Vanna Syl ! Ravi de te recompter parmi nos recrues. Mais dis-moi, qu'est-ce que t'es allé foutre en Afrique ? Et t'étais où, exactement ? »
    « Sierra Leone, monsieur. J'y étais ... pour régler des comptes. »
    « Quel genre de comptes ? »

    Le regard du chef des Aurors s'était durci, rappelant alors le regard d'un aigle fondant sur sa proie. Nouchka – insouciant, suicidaire ou tout simplement courageux – soutenait ce regard impénétrable.

    « Avec moi-même, monsieur. »
    « Voyez-vous ça ... On se découvre une conscience ? Vanna Syl, toi, l'un des Aurors les plus violents et les plus indisciplinés auxquels j'ai eu à faire ? Avec ta soeur, Dahana et quelques autres ... C'est intéressant. Tu n'es peut-être pas si monstrueux, finalement. Ou alors, tu caches très bien ton jeu. Je penche cependant pour cette seconde hypothèse. - il se tut quelques minutes - très bien, Vanna Syl, tu es réintégré à l'équipe. Mais rappelle-toi ... Je sais tout, je vois tout. Et j'n'oublie rien. »
    « Oui monsieur. » avait répondu paisiblement Nouchka.

    Il en était ressorti troublé, se demandant si son boss était véritablement Legilimens. Le reste de la journée, il avait dû remplir de nombreux questionnaires, avec des questions toutes plus farfelues les unes que les autres : « Comptez-vous mener une attaque terroriste ? », « Faites-vous partie d'une organisation de malfaiteurs ? ». Elles avaient certainement été pompées chez les Moldus pour être aussi irréfléchies. Mais patiemment, il avait répondu à tout ça, en précisant que non, il n'avait pas amener d'oeufs de magyar à pointes sur le territoire britannique, que oui, il était animagus déclaré et qu'il n'était pas alcoolique ou dépendant à la drogue. Et toute la journée, il avait passé tests sur tests. Ca lui avait permis d'essayer sa nouvelle baguette, qu'il avait ramené d'Afrique. Elle avait été fabriquée par un Chaman. Bois de baobab, vingt-quatre centimètres, griffe de Vif-Argent et enduite de venin de Cobra Langue-de-Feu, une créature magique et mortelle. Magnifique. L'ancienne baguette de Nouchka avait été cassée net en deux, là-bas. Il en avait ressenti une immense tristesse, car c'était la baguette jumelle de celle de sa soeur, mais celle-ci ... Elle était parfaite. Cette baguette était simplement le prolongement de la magie qui coulait dans ses veines.

    Pourtant, à dix-neuf heures, quand les Aurors rentraient chez eux, il demanda à rester. Le boss lui accorda la permission d'un mouvement de la tête. Nouchka promit à Misha de la rejoindre, et il se retrouva seul, dans son ancien bureau qu'il partageait avec quelques autres. Il était seul – du moins, il le croyait. Règle numéro un : toujours être sur ses gardes. L'endroit était silencieux, calme ... Reposant. C'était tout ce dont avait besoin Nouchka en cet instant. Sa tête avait tellement été pleine de bruit pendant des mois qu'il lui semblait encore entendre des voix dans sa tête. Il resta ainsi trois heures, à parcourir de vieux dossiers, à trier, à ranger son bureau. Il s'arrêtait longuement sur les dossiers, son regard bleu si concentré qu'on pourrait croire qu'il était en cire. Mais quand sonnèrent dix heures du soir, il estima qu'il était temps de rejoindre Misha. Il se dépêcha donc et attrapa l'ascenseur de justesse, ne remarquant tout d'abord pas qui était la jeune femme derrière son énorme carton. Il fut pour le moins très surpris de remarquer que c'était sa voisine ... celle qu'il avait honteusement « espionner ». Elle travaillait ici ? Elle était surtout encore plus jolie de près ... Dans un deuxième temps, il se rendit également compte que l'ascenseur ne bougeait plus. Une panne, annonça la jeune femme. Sans blague. Il eut néanmoins un petit sourire en voyant l'air blasé de la jeune femme, accentué par son petit accent qu'il n'aurait su définir. Lui avait un accent russe plutôt prononcé.

    « On va devoir se débrouiller sans Bob le siffloteur, donc. »

    Il se rapprocha de la porte de l'ascenseur, l'observant de près. Il posa sa main sur la porte, et constata qu'il pourrait peut-être essayer de l'ouvrir, avec prudence cependant.

    « Je vais essayer d'ouvrir, je vous promets rien. »

    Il enleva sa veste, remonta légèrement ses manches, et glissa ses mains entre le petit interstice des deux portes. Il força et elles s'écartèrent un tout petit peu. Nouchka regarda et lâcha un « Putain de merde » guère discret. Il se retourna vers sa compagne d'infortune et lui annonça avec un air désolé :

    « On est coincés entre deux étages ... En gros, suspendus dans le vide au milieu d'un labyrinthe de couloirs. »

    Charmante soirée.


Revenir en haut Aller en bas
Talia Metzcalli

Talia Metzcalli

Points de Maison : : 0/100
Messages : 7

le coup de la panne... Empty
MessageSujet: Re: le coup de la panne...   le coup de la panne... Icon_minitimeDim 30 Aoû - 15:26



    Elle le regarda ouvrir légèrement les portes assez impressionnée, il fallait bien le reconnaitre. Mais tout d'un coup il laissa les porte se refermer, maugréant quelques mots d'insulte que je ne répéterai pas ici. Talia leva un sourcil assez intriguée;

    Nouchka- On est coincés entre deux étages ... En gros, suspendus dans le vide au milieu d'un labyrinthe de couloirs. »
    Talia- Dites donc vous avez le chic pour vous montrer rassurant vous. Vous auriez du faire acteur de film à suspens au lieu de Auror...', fit-elle pour le taquiner.

    Talia n'était pas du tout le genre à se laisser entamer le moral. Elle n'avait pas non plus fait attention, mais elle venait de lui dire qu'elle savait qu'il était Auror et peut-être que maintenant ce type allait la prendre pour une espèce de psychopathe, le genre qui aborde les gens en disant, ça fait une semaine que je vous suis. D'un autre côté si elle avait su qu'elle était en train de parler à son voisin et que ce dernier l'avait regardée alors qu'elle était dans sa salle de bain elle aurait pu lui retourner le compliment. Mais Talia demeurait persuadée que la fenêtre de sa salle de bain était imperméabilisé par sortilège. Après tout c'est vrai, il faudrait être stupide pour laisser la vue sur la salle de bain à tout son voisinage...
    Elle s'appuya contre la paroi métallique puis un petit moment passa et elle finit par rompre de nouveau le silence...

    Talia- Je crois qu'on est bon pour passer la nuit ensemble... enfin ', oui effectivement ce qu'elle venait de dire pouvait prêter à confusion, l'idée la fit sourire pas gênée le moins du monde,' ... coincés là. Vu l'heure il n'y a plus personne et d'ici deux heures les sortilèges de lumos et de chauffage vont s'éteindre. Si vous voulez faire un commentaire flippant je crois que c'est le moment.

    Elle avait un sourire charmant voire chaleureux. Talia n'était pas du tout le genre de personne à tirer la gueule ou quoi que ce soit du genre. Elle passa la main dans ses cheveux pour retirer la pince qui retenait la cascade pesant de mèches ébènes qui lui tombèrent sur les épaules en ondoyant. C'était toujours la première chose qu'elle faisait en rentrant chez elle, et là, bien qu'elle ne soit pas seule, elle n'allait pas rentrer du tout apparemment donc mieux valait se mettre à l'aise un minimum. Ce jour là elle portait un chemisier simple mais parfaitement taillé et une jupe mais elle n'en restait pas moins très jolie. Son maquillage était léger mais très bien appliqué et son côté vélane n'avait de toute façon pas besoin d'artifice pour produire son effet.

    Talia- J'ai des barres de céréales au chocolat dans mon sac, vous en voulez? Je m'appelle Talia au fait, je suis stagiaire au cinquième, enfin en théorie. En pratique je suis celle à qui on refile tout le sale boulot et la paperasse des secrétaires en congés. Vous c'est Nouchka c'est ça?

    Elle eut une petite hésitation sur son prénom, de peur de ne pas le prononcer correctement, elle n'avait aucune notion de russe donc...



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




le coup de la panne... Empty
MessageSujet: Re: le coup de la panne...   le coup de la panne... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
le coup de la panne...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATTENTION - CLIQUEZ ICI :: Londres magique. :: le ministère de la magie. :: l'entrée des visiteurs, l'atrium.-
Sauter vers: