ATTENTION - CLIQUEZ ICI
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
ATTENTION - CLIQUEZ ICI


 
AccueilAccueil  WELCOME!WELCOME!  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -56%
Trottinette électrique pliable – GO RIDE ...
Voir le deal
110 €

 

 (v) Asphodèle Nospheratov.

Aller en bas 
AuteurMessage
Phyllis O'Maclagen

Phyllis O'Maclagen

Points de Maison : : N/A
Messages : 209
Profession/Maison : 32
Patronus : un grand corbeau.

(v) Asphodèle Nospheratov. Empty
MessageSujet: (v) Asphodèle Nospheratov.   (v) Asphodèle Nospheratov. Icon_minitimeDim 26 Juil - 18:13



OO1. Si quelqu’un sait ton nom, il a une arme contre toi.


    (v) Asphodèle Nospheratov. N5sk8y NOM : Nospheratov.
    PRENOM(S) : Asphodèle Mandragora Erène.
    AGE : 35 ans.
    ORIGINE(S) : la question a toujours été laissée en suspens mais sur le papier elle est née à Durmstrang, ce qui lui a toujours valu des remarque. Pour le reste elle parle plusieurs langues mais sa langue maternelle est le russe.
    PROFESSION : actuellement on la connait pour être une sorte de bras droit du directeur de Durmstrang sans pour autant être sous directrice ou quoique ce soit. Elle enseigne également les potions à l'Institut Durmstrang.
    ETAT CIVIL : célibataire.


OO2. L'histoire nous façonne, les souvenirs nous construisent.

    Elevée dans la vieille aristocratie des familles de sorciers de l'est, Asphodèle a toujours été respectée et craint depuis qu'elle a su marché. Non seulement parce qu'elle était l'héritier d'un homme puissant et lui même craint, le directeur de Durmstrang mais également, parce que son caractère froid et réfléchit à toujours inspiré la méfiance même à ceux qui n'était pas superstitieux. Un enfant illégitime ne saurait que s'attirer les envies de meurtre de toutes les anciennes famille et pourtant Asphodèle a survécu jusqu'à ce qu'elle soit en âge de tenir sa propre baguette, grâce à l'obéissance que les sbires du mage noir qu'est Vlad Alexandreï Nospheratov. Apprentie prodige, douée de nature et poussée au delà de ses limites par Nospheratov, dès l'obtention de l'équivalent des A.S.P.I.C, Asphodèle voit pleuvoir les propositions d'emploi dans différents domaines mais têtue, elle s'entête à poursuivre uniquement selon ses propres choix. Laissée très libre par son père, haït par la famille de ce dernier à l'exception de son cousin Digory parce qu'elle n'est pas de leur sang, elle s'en est forgée un caractère plutôt difficile pour les autres.


OO3. Nous avons les moyens de vous faire parler.


    Quelle forme prend votre Epouvantard ? Une vision d'elle même si légèrement différente que peu remarque la différence. Aussi en profite-t-elle pour faire valoir qu'elle n'a aucune peur et généralement on la croit quand elle le dit.
    Que verriez-vous dans le Miroir du Risèd ? En temps normal elle y voit un paysage ensoleillé mais ces derniers temps c'est une plume d'écrivain qui la guide à un cadavre...
    Où transplaneriez-vous si vous en aviez la possibilité ? Dans la partie en ruine du château suspendu au dessus de la mer. La où elle venait se réfugier petite. Cette partie est particulièrement dangereuse puisqu'elle donne directement sur dans le vide d'une falaise qui tombe à pic dans une mer rageuse. On dit que cette partie de la chapelle du château aurait été détruite par un dragon il y a déjà quelques siècles.
    Quelle forme prend votre Patronus ?Un grand corbeau. Il représente la magie, le changement de conscience, un symbole très positif donc contrairement à ce qu'on pourrait penser à première vue.
    Quel est votre sortilège favori ? "everte statis, c'est un sortilège qui demande une habileté toute particulière.
    Quel est celui qui vous terrifie le plus ? "l'imperium", il vous prive de votre volonté et de votre liberté, fait de vous un pantin.
    Qu’avez-vous ressenti en entrant à Poudlard ? une satisfaction qu'elle n'aurait su expliquer.
    Quelle forme de magie vous attire le plus ? toutes les formes de magies mais plus particulièrement celle qui sont belles et complexes.
    Appréciez-vous la discipline ? Seulement si c'est elle qui l'impose ou si elle a préalablement consenti à apprendre de quelqu'un.
    Quelle est la pureté de votre sang ? Pur, quelle question.


OO4. Vous ! Oui, vous !


    PSEUDONYME, PRENOM :Lily.
    AGE :21 ans.
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? QU’EN PENSEZ-VOUS ? tsss.
    LE MOT DE LA FIN ? ouaiiiiis les smileys (v) Asphodèle Nospheratov. 772583




Dernière édition par Phyllis O'Maclagen le Mer 5 Aoû - 18:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Phyllis O'Maclagen

Phyllis O'Maclagen

Points de Maison : : N/A
Messages : 209
Profession/Maison : 32
Patronus : un grand corbeau.

(v) Asphodèle Nospheratov. Empty
MessageSujet: Re: (v) Asphodèle Nospheratov.   (v) Asphodèle Nospheratov. Icon_minitimeMar 28 Juil - 19:33

OO6. Ab incunabulis


    Le cristal tintait pompeusement et les conversations diffamantes, moqueuses mais joyeuses allaient bon train. Le Manoir Bathory tenait là une énième de ses réceptions somptueuses. Les fées ornaient les arbres de noël, les lustres 16ème, et les confiseries qui ne cessaient d'apparaître sur les tables et d'impressionner les convives quand pourtant, on savait bien que les Bathory possédaient une armée d'elfe de maison pour les basses tâches, une légion de serviteurs cracmols bien nés et quelques banshees comme toutes les maisons nobles. Les robes rivalisaient de richesses, dans les couleur et les formes, les valses se succédaient et la soirée se poursuivait autour de deux femmes: Transylvania et Evangeline Bathory. Une mère et une fille semblables et différentes en tout point. Loin de là, Vlad Nospheratov, éminent Directeur de l'Institut Durmstrang, claquemuré dans un bureau loin des fadaises et du faste de cette soirée de convenance. On ne se serait pas permis de le lui reprocher, ça ou n'importe quoi d'autre.

    Digory- C'est de ma mère et de ses railleries que tu te caches?

    Un demi sourire moqueur vint révéler une fossette délicieuse au coin des lèvres de la métisse aux cheveux blancs. Elle but une gorgée de son jus de bais lunaires, portant la coupe de cristal à ses lèvres.

    Lily-... ou bien du Comte Ravjk.
    Digory- J'ai vu qu'il te tournait autour, tu veux que je fasse valoir mes droits sur toi?
    Lily-Non mais dis donc, j'aimerai voir ça! Personne n'a de droit sur moi.
    Digory- Je te taquine cousine.
    Lily- Je le sais ne t'inquiéte pas.

    Le fameux comte passa à proximité. C'était un très riche héritier, très beau, très bien habillé, très tout. Il avait déjà épuisé ses meilleurs atouts à faire la cour à la fille du directeur de Durmstrang, sans doute un des meilleurs parties malgré ses 35 ans. Ca ne se faisait pas pour une femme de ne pas encore arborer de diamant de 33 carats à son annulaire passé 25 ans dans ces riches familles de l'Est. Asphodèle, forte de la liberté que lui laissé son père, passé ainsi pour une femme de caractère, un trophée qu'on ne saurait ne pas envier. C'était aussi ce qui laisser la jeune femme complètement froide face aux parades amoureuses des hommes qui se pressaient à sa porte. Digory ne lâchait pas le comte des yeux. Il n'aimait pas que l'on considère Asphodèle comme un trophée. On la regardait toujours comme différente déjà au sein de la famille parce qu'elle n'était pas vraiment de leur sang comme le disait Transylvania Bathory, la mère de Digory. Cette dernière n'avait eu de cesse de déverser les railleries les plus basses sur Asphodèle depuis le jour même où elle avait mit le pied dans le manoir Bathory. Mais, la fille de Vlad Alexandreï Nospheratov avait toujours laissé coulé sans rien dire, avec une maîtrise de soi ni timorée ni feinte.

    Digory- Tu aurais pu la remettre à sa place tout à l'heure.
    Asphodèle- A quoi bon je n'avais pas envie de gâcher la soirée.
    Digory-Tu le sais n'est-ce pas?', fit-il avec un sourire fier.
    Asphodèle-Que je suis plus influente qu'elle? Oui.

    Ca lui suffisait de le savoir. Elle n'avait pas l'immaturité d'avoir besoin de s'en vanter ou de l'afficher comme certaine... La soeur de Digory par exemple, Evangeline.
    Sa robe de bal rouge pourpre la plaçait comme un joyau au milieu de l'assemblée; Un joyau dont chaque pas gracile faisait jouer la lumière des lustres comme sur la robe d'un vin noble. L'albâtre de sa peau, le bleu incisif de ses yeux et le rose délicat de ses lèvres, le halo lunaire de ses cheveux soyeux, tout en elle était un délice qu'on enviait à son époux sans imaginer quelle vipère se cachait sous ce minois délicat que l'on badait chez les hommes et les femmes d'une envie très différente mais bien réelle. Ses pommettes délicates éclipsent la pâleur de son visage sous le fard. Une voleuse d'homme, c'est ce qui se murmurent chez les femmes. Une vraie vélane, c'est ce qui ce dit chez les hommes. Evangeline est belle et puissante il est vrai et son visage de femme respectable la rend plus séduisante encore. A ses côtés Oksana, et Hadès, les enfants chéris de la belle Bathory font un blanc bouclier à la vertu de leur mère. Et pourtant, personne n'aurait prêté à un visage aussi frais qu'un bouton de rose d'avoir mis au monde des jumeaux déjà âgés de quinze ans. Mais si Evangeline ne pardonnerait jamais aux vieilles coutumes de lui avoir fait deux enfants dans le dos, et si ses écarts au contrat ne faisaient pas honneur à sa vie de famille, elle aimait ses enfants et prenait plaisir à les élevés en vrais Bathory. Sa seule véritable déception était qu'Oksana ressemblait un peu trop à son père, un homme noble et fier qui pourtant n'en menait pas large fasse à la belle Evangeline. Brimé, il était tout aussi insignifiant que Sergei Bathory, le père de Digory et Evangeline.
    Le même air hautain et angélique que leur mère, Hadès et Oksana fendaient la foule, aussi à leur aise que l'on saurait l'être. Asphodèle posa son regard amethyste sur les deux enfants rois, un sourire tout de même bienveillant aux lèvres. Hadès était toujours curieux de sa compagnie car il était avide de pouvoir et de connaissance. Quand à Oksana, elle avait plus de douceur mais pas moins d'ambition. Les enfants avaient le sérieux des Nospheratov, bien loin de l'esprit frivole des femmes Bathory. Aussi, Asphodèle ne tenait guère rigueur de leurs élans méprisants à son égard lorsqu’ils étaient en famille. Leur mère, de trois ans l’aînée d’Asphodèle et Digory, leur avait bien donné la leçon. Ils n’étaient pas rare d’entendre dans leur bouche les mots de cracmol, sang de bourbe, associés à des insultes quoiqu’ils restassent toujours digne de leur rang social. Comme à leur mère, la nature leur avait donné un sourire aiguisé pour la séduction et de petites dents légèrement pointues pour en souligner l’aspect mutin et/ou menaçant. Leurs petits nez retroussés, ils le tenaient également d’Evangeline. Quand à leurs yeux… les yeux ont toujours été une grande question chez les Nospheratov et les Bathory. On y retrouvait les reflets presque métallisés de générations de sorciers hors du commun. Ceux de Hadès étaient en tout point semblables à ceux de sa mère et de sa mère avant elle, un bleu incisif comme celui du diamant. C’était les mêmes yeux que le directeur de Durmstrang, mais beaucoup moins terrible sans doute. Ceux d’Oksana, vert et or, habillaient magnifiquement le léger hâle de sa peau délicate. Digory avait dans les yeux un reflet argent qui n’appartenait qu’à lui. Quand à Asphodèle et son éclat améthyste, Transylvania Bathory se plaisait à répéter que ce n’était qu’un des effets retords de cette faculté si particulière que possédait sa nièce. Une faculté qu’elle aurait pu saluer comme remarquable mais qu’elle préférait décrire comme grotesque et avilissante. Il n’y avait jamais eu de bouffon avant dans cette famille, chose qu’Asphodèle ne prenait jamais la peine de relever tant elle était basse. Elle aurait pu jouer de son don et tromper la maîtresse du manoir pour la confondre devant tous ses hôtes et ainsi la forcer à reconnaître que ce fameux don était unique et merveilleusement utiles en toute situation, mais encore une fois, Asphodèle avait appris de son père à se montrer digne et plus intelligente que le commun des sorciers. Elle brillait donc pour sa ressemblance avec son père dans l’indifférence dont elle pouvait faire preuve. Un instant elle avisa le comte Ravjk qui la cherchait toujours mais passa une énième fois près d’elle et Digory sans reconnaître la belle inconnue à laquelle le fils Bathory faisait la conversation. Digory s’en amusa, regardant Asphodèle réajuster ses cheveux, une fois que le comte a baissé les bras pour faire la conversation à Oksana, un autre joyau de la couronne.

    Lily-Quel imbécile !

    Ses doigts délicats passèrent sur une mèche de cheveux blanche comme neige, pour la replacer d’un geste gracieux dans la coiffure sophistiquée qu’Asphodèle arborait ce soir là. A sa gorge, une rivière d’or blanc et de cristal qui lui faisait un port de tête magnifique, l’obligeant à garder la tête haute au dessus de sa robe à bustier gris perle moirée. La coupe de la robe, sans doute dessinée par un grand nom de la magicouture, soulignait la finesse de ses membres élancés, les courbes généreuses de son corps svelte, l’arrondi fragile de ses épaules et de ses seins, la couleur satinée de sa peau matte déjà rehaussés par ses longs cheveux si blancs et cette nuance surnaturelle dans son regard intelligent. Oui ce qui frappait chez cette femme avant sa beauté c’était son apparente intelligence. Elle laissait deviner aux autres quelles choses extraordinaires elle avait bien pu rencontrer au cours de ses recherches et de ses voyages. Elle savait toujours se faire écouter, et elle savait aussi se taire quand elle n’avait rien à dire. On la disait vierge, il n’en était rien mais elle ne démentait pas pour la seule raison que ces choses là ne regardaient qu’elle et que par ailleurs elle n’y accordait pas d’importance qui eussent étaient valable aux yeux des autres. Un homme aux cheveux châtains croisa son regard dans la foule avant de disparaître. Il était comme quelques autres convives, plus beaux, plus étranges et plus mystérieux que les Bathory, malgré la douceur sérieuse de son visage très légèrement halé. Un peu plus loin, un autre, moins soucieux d’être discret, petit, les cheveux aile de corbeau et le teint de porcelaine pareil à celui d’une poupée, paradait d’invités en invités, une jeune femme à la chevelure rouge pendue à son bras. A leur vue, une pensée vint à la jolie sorcière métissée: le beau et le laid n'avaient jamais fait si bon arrois que chez ces deux là. Dante et Jadis, c'étaient ainsi qu'on les nommait, avaient ce physique si caractéristique des gens de la maison de Nospheratov, une beauté si parfaite, si éblouissante qu'elle dérangeait parfois. Une beauté qui faisait ressortir toute leur laideur et dans le même temps, une laideur qui mettait un fard irrésistible à leur visage angélique. Le prince, c'était ainsi que Dante préférait être appelé, marchait avec une élégance rare. On aurait cru que sous ses pas le cristal le plus fragile ne se serait pas brisé, de même pour sa délicieuse mais excentrique compagne, dont la robe arborait des dentelles d'un vieux blanc qui s'accordait à merveille avec le reste de cette pièce de magicouture à mi chemin entre une robe de mariée et une guenille vague poussiéreuse que l'on aurait tout juste sortie du placard après l'y avoir oublié quelques centaines d'années sur un cintre.

    Igor Ianevsçu- ... ma chère non! Loin de moi cette idée, vous semblez toujours plus jeune chaque fois que nous nous rencontrons et de même votre mère.

    Une assemblée de jeunes premières ponctua ce trait de galanterie de la part du ministre valach d'une myriade de rires distingués, tandis qu'Evangeline Bathory couvrait le sien d'un superbe éventail de soie écrue sur monture d'argent. Immédiatement les plus jeunes filles se modérèrent prenant exemple sur le modèle de retenue qu'était leur hôtesse.

    Veruca Strigoï- Vous avez sans doute là un secret que nous ignorons...', demanda la fille du professeur d'Histoire de Durmstrang, elle même avait hérité du physique peu avantageux de ses parents. Le cheveux éteint, le visage sec et avec ça une bouche qui manquait de couleur comme le reste d'ailleurs.
    Yelena Trinadsat- Avez vous entendu parler de ce nouveau masque de beauté à base de pus de bubobulbe?

    Sa voisine lui donna un léger coup de coude pour lui faire remarquer que ce n'était pas un sujet très approprié. Toutefois la remarque avait déjà attiré l'attention d'Evangeline Bathory.

    Evangeline- Encore une invention des britanniques je suppose? Personnellement je n'utilise pas ce genre de chose, je trouve que la beauté doit être naturelle ou qu'elle ne doit pas être!', ses prunelles s'attardèrent vaguement sur Veruca Strigoï.
    Igor Ianevsçu- Voilà qui est bien dit comtesse.

    Evangeline inclina poliment la tête dans un sourire avant d'ajouter:

    Evangeline- Pas encore, n'insultez pas ma mère. Elle prend de l'âge mais elle a encore bien de la vigueur.
    Igor Ianevsçu- Bien sûr.
    Veruca Strigoï- C'en est même surprenant!
    Evangeline- Il est vrai que la Nature a été généreuse envers ma famille.', se plut-elle à conclure avec tous les sous entendus que l'on pouvait imaginer.

    Asphodèle regardait ce manège de loin, ni amusé, ni agacé. Elle y était habituée.



Dernière édition par Phyllis O'Maclagen le Sam 1 Aoû - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Phyllis O'Maclagen

Phyllis O'Maclagen

Points de Maison : : N/A
Messages : 209
Profession/Maison : 32
Patronus : un grand corbeau.

(v) Asphodèle Nospheratov. Empty
MessageSujet: Re: (v) Asphodèle Nospheratov.   (v) Asphodèle Nospheratov. Icon_minitimeSam 1 Aoû - 19:18


    Evangeline- Cousine! Ce verre, est-ce pour noyer ta solitude?
    Lily- Non, ce n'est pas moi qui me sens seule ici...
    Evangeline- Allons donc pourquoi de si mauvais sentiments, je plaisantai.
    Lily-De même.
    Digory- Tu n'as donc pas assez de tes invités pour venir nous ennuyer de tes méchants traits?
    Evangeline- Hélas... je m'ennuie à mourir.

    Elle eut un long soupir et laissa son dos retomber nonchalamment contre le mur entre son frère et sa très mal aimée cousine. Evangeline aimait à être entourée d'une cour même si cela devait être les deux personnes qu'elle méprisait au monde. Par chance ce fut son propre fils qui vint lui offrir sa compagnie, la figure boudeuse comme naturel chez lui:

    Hadès- Mon oncle,' salua-t-il poliment,' mère il faut que vous délaissiez cette danse, je dois vous parler...

    Asphodèle sourit à l'adolescent, avant de lui dire:

    Lily-C'est tout toi de faire tant de mystères mon neveu.
    Evangeline- Fi! Ne l'appelle pas ton neveu.
    Lily- N'aie crainte ma cousine, je ne l'appelle "mon neveu" que lorsque tu es à portée d'oreille...', répondit Asphodèle avec un demi sourire moqueur.

    Digory s'abstint d'éclater de rire à voir la mine de sa soeur déformée de colère, mais il ne convenait pas de faire un scandale ici, devant tous. Quand à Hadès, il ne répondit pas, emmenant sa mère au loin.

    Lily- Je trouve ta soeur de plus en plus agréable.
    Digory- Toi aussi? Comme c'est curieux.
    Menoch- Asphodèle?

    Les prunelles améthystes de la sorcière se posèrent sur l'homme dont elle avait croisé le regard un peu auparavant. Une conversation silencieuse s'installa entre eux, puis elle prit congés de Digory Bathory pour suivre Menoch. Ils quittèrent a réception inaperçus, Menoch ouvrant le passage. C'était un homme qu'on ne remarquait pas ou plutôt, c'était un homme qui avait le don de ne pas se faire remarquer. Asphodèle était tout à ses pensées, aussi ne prêta-t-elle pas plus attention que ça au luxe qui l'entourait. Seul le silence soudain quand la grande double porte de la salle d'apparat se referma lui prodiga une sensation d'apaisement. Asphodèle n'aimait pas particulièrement les bains de foule, pas plus qu'elle n'aimait les gens d'ailleurs. Il faut tout de même s'expliquer quand je dis qu'elle n'aimait pas les gens. Asphodèle n'avait pas du tout été élevée à la mode Bathory comme on l'aura déjà remarquer, aussi à la conversation d'un comte ou d'un notable rencontré sur le prétexte d'une soirée mondaine, à la compagnie d'un collègue de travail ou encore à la présence d'autres personnes autour d'elle, elle ne voyait absolument aucun intérêt. La solitude ne l'avait jamais effrayée au contraire et elle ne pouvait se vanter d'être philanthrope au point d'aimer les gens sans raison valable. Il lui fallait qu'on se dégage des autres d'une façon ou d'une autre à ses yeux et qu'on entretienne avec elle une relation sur la durée et sans frivolité pour espérer se faire apprécier d'elle.
    Les marches du grand escalier filaient sous leurs pas, interminables. Petite, elle avait une fois eu la lubie de les compter mais son entreprise c'était vue fortement contrarié par l'intervention de sa tante Transylvania. Plus ils passaient les étages, moins il y avait de lumière. L'air se rafraîchissait, retrouvant son cinglant naturel loin des festivités. Le manoir aussi se dénudait de son faste pour laisser finalement les vieilles pierres apparaître et l'humidité qui va toujours de paire aussi. Beaucoup de gens se demandait ce que Nospheratov pouvait bien trouver à cette tour dépouillée de tout confort dans l'aile Est du manoir. Mais Asphodèle elle même avait plus de satisfaction à se trouver ici où le son de ses pas et de son souffle se mourrait dans le noir, perdu aux oubliettes. Elle aimait le calme de cet endroit et son manque d'artifice surtout. Tout était si étrangement silencieux.
    Ils arrivèrent à portée de vue d'une entrée barrée par un panneau de chêne massif. Asphodèle prit les devants mais son escorte ne la suivit pas. Apparemment elle était seule conviée dans le bureau de Nospheratov.

    Lily- Père?
    Nospheratov- Approche.

    Il y avait une forte odeur d'aconit dans la pièce. Asphodèle leva les yeux pour se faire une idée du décor qui se cachait dans la pénombre. Nospheratov n'avait jamais trop tenu à s'éclairer plus que ça lorsqu'il travaillait. Il préférait voir les lueurs qui se dégageait de ses décoctions et des alambics qui chauffait à petit feu, lévitant au dessus d'un brûleur.

    Nospheratov- As-tu déjà entendu parler de la fondation de l'école de Poudlard?

    La jeune femme leva un sourcil, laissant passer un silence se promenant à son gré dans la pièce plutôt exigüe.

    Lily-Quatre sorciers de grand pouvoir qui...
    Nospheratov- Oui bien sûr, bien sûr', interrompit-il de sa voix posée et traînante,' mais ce dont je vais te parler là n'est pas dans les livres d'histoire. C'est... une légende dirons nous. Assieds toi.

    D'un geste souple de sa baguette, il fit reculer le seul fauteuil de la pièce, son propre fauteuil qu'il n'utilisait pas puisqu'il s'affairait à un philtre étrange. Elle avait l'habitude de le voir utiliser la magie avec une telle facilité pour des gestes aussi simples que celui là. Il lui fit un long long récit qu'elle écouta sans une fois l'interrompre, elle n'aurait pas osé. Il passa facilement une heure avant qu'il ne conclut.

    Nospheratov- Je voudrais que tu ailles le récupérer pour moi...
    Lily- Moi?
    Nospheratov- Tu es celle en qui j'ai le plus confiance pour ça.', son regard azur perçait étrangement les ténèbres, la fixant dans l'attente d'une approbation...', tu n'aurais qu'à te servir de ton don, ça te serait facile.
    Lily- Et si je refuse? Notre famille est bien assez puissante, pourquoi prendre un tel risque...

    Elle seule au monde aurait osé lui faire opposition de la sorte. Elle ne cherchait pas le conflit mais elle pensait que ce qu'il exigeait d'elle était déraisonnable.

    Nospheratov- Parce que je ne te laisse pas le choix.
    Lily- On a toujours le choix père, rien ne saurait me faire changer d'avis.

    Elle se leva replaçant la chaise avec un brin de magie avant de tourner le dos au mage le plus dangereux qu'elle ait connu... rien ne la ferait changer d'avis sauf peut-être...

    Nospheratov-... pas même la promesse d'être libérée de la condition qui t'attend?
    Lily- Vous me laisseriez à ma vie de mortelle?

    Elle s'arrêta net, imaginant un instant qu'on puisse retirer d'au dessus de sa tête l'épée de Damoclès qui menaçait depuis sa naissance. Certes être l'héritier de Vlad Alexandrei Nospheratov avait des avantages mais cela avait surtout un certain nombre d'inconvénients, comme ne pas être maître de sa propre vie. Comme savoir que de tous les gens qui vous entouraient l'un deux serait l'actant de votre sacrifice, et même si cela signifiait mettre un pied dans l'éternité, ça n'avait rien d'attrayant pour Asphodèle.

    Lily- Tenez votre parole et je m'acquitterai de ce que vous demandez.
    Nospheratov- Fort bien.

    Il la regarda lui tourner à nouveau le dos, la baguette en main. Les lèvres du vieux sorcier s'entrouvrir à peine:

    Nspheratov-Impero...
    Lily-Qu'avez vous dit?', s'enquit Asphodèle en faisant un gracieux volte face, inconsciente de ce qui venait de se passer...
    Nospheratov- Oh rien... je me murmurai à moi même. De la liqueur de mandragore comme substitut?
    Lily-Oh, vous êtes encore à cette potion. J'essaierai de l'urine de sombral plutôt...
    Nospheratov-De l'urine de sombral, c'est un peu prétentieux mais c'est une idée.

    Asphodèle sourit. Elle avait été à bonne école pour ce qui était de l'art subtil des potions et elle n'avait jamais caché que depuis le premier jour son ambition avait été de dépasser son maître. Le fait que Nospheratov lui demande son avis, montrer qu'il l'estimait et qu'il donnait de la valeur à ses opinions. Elle redescendit les marches pour rejoindre la salle d'apparat ou rien n'avait changé en une heure de temps. Evangeline était en train de rire avec un nouveau de ses prétendants, Digory avait l'air de s'ennuyer. Hadès faisait danser sa soeur, tout était strictement identique.

    [...]


    Menoch- Pourquoi avez vous fait cela?!!
    Nospheratov- Je ne crois pas t'avoir demander ton avis. Les débordements de ce genre m'agacent!
    Menoch-Je croyais que vous lui faisiez confiance!!!
    Nospheratov- Plus qu'à quiconque... mais ce n'est qu'un être humain, elle est donc faillible, par nature.









Revenir en haut Aller en bas
Phyllis O'Maclagen

Phyllis O'Maclagen

Points de Maison : : N/A
Messages : 209
Profession/Maison : 32
Patronus : un grand corbeau.

(v) Asphodèle Nospheratov. Empty
MessageSujet: Re: (v) Asphodèle Nospheratov.   (v) Asphodèle Nospheratov. Icon_minitimeLun 3 Aoû - 21:38




OO7. Acta fabula est


    L'écosse était une charmante contrée. Il y faisait bien plus chaud qu'à Durmstrang mais ce n'était pas accablant comme elle avait pu le voir dans d'autres pays. L'inde par exemple, pour une sorcière habituée au grand froid, avait été une véritable épreuve au début. On arrivait à mi juillet, la période scolaire était terminée ici à Poudlard. La belle sorcière aux cheveux blanc nacre n'avait pas trop souhaiter s'approchait du château. Elle aurait tout le temps de le faire lorsque sa place y serait assurée. Pour l'heure c'est vers le village de Godric's Hollow que ce dirigeait la demoiselle. Un petit bout de papier froissé lui indiquait l'adresse exacte ainsi que le chemin qu'il était préférable qu'elle emprunte. Les indications se succédaient au fur et à mesure en dessous de l'adresse:

    Nigellus Bizbee, 4 chemin du Chrysope
    Godric's Hollow.


    Elle fit une halte au petit bois du Ponant à quelques lieues seulement de sa destination afin d'adopter une tenue plus de circonstance. Elle savait peu de chose du professeur Bizbee. Il avait été engagé comme professeur de potion voilà déjà 22 ans après avoir fait une scolarité tout à fait brillante. Cependant, d'après ce qu'Asphodèle avait pu en voir, c'était un sorcier assez banal, qui n'avait rien de remarquable hormis cette détestable habitude de se faire des chouchous parmi les élèves les plus prometteurs. L'orientale trouvait cela gentiment hypocrite mais après tout ce n'était son problème.
    Godric's Hollow était un petit village charmant. Les maisonnettes de style ancien s'alignaient et les quelques habitants qu'elle croisa la saluèrent d'un petit sourire, qu'elle leur rendit pour la forme plus qu'autre chose. Il fallait dire qu'elle ressentait un besoin irrépressible d'entrée dans le vif des choses. Et cette sensation d'urgence ne cessa que lorsqu'elle put enfin frapper à la porte du numéro 4 et qu'un petit homme replet ouvrit, un peu surpris:

    Bizbee- Oui?
    Lily- Vous êtes bien Nigellus Bizbee?
    Bizbee- Oui, c'est à quel propos je vous pries? Je ne crois pas que nous nous connaissons êtes vous une de mes anciennes élèves?
    Lily-Nous ne nous connaissons pas mais je viens vous parler d'une affaire importante, c'est à propos de Poudlard...
    Bizbee- Poudlard? Oui oui entrez donc, il n'est rien arrivé à ce bon vieux Rufus rassurez moi...
    Lily-Non rien...',répondit-elle distraitement.

    Asphodèle eut un genre de sourire et le suivit à l'intérieur. Le professeur Bizbee était un homme de petite taille. La cinquantaine tout au plus, les cheveux bien grisonnant et de petits yeux malicieux qui laissait deviner un esprit opportuniste. Son intérieur un peu vieillot était décoré de photographies de ses anciens élèves préférés, parmi lesquels ministres, joueurs de quidditch et sorciers talentueux en tout genre s'alignaient. Il y avait également une coupe de Quidditch au couleur de Serpentard, la maison qu'il avait autrefois dirigée. Aujourd'hui d'après les renseignement d'Asphodèle c'était un certain Enrique Almadovar qui en était le directeur, lui même ayant succédé à une Lilith Grey au passé visiblement trouble.

    Bizbee- Asseyez vous, asseyez vous. Vous prendrez bien un verre de scotch?', fit-il en se servant lui même.
    Lily-Non merci, je ne bois pas d'alcool ou très rarement.

    Le petit homme sembla trouver cette réponse bizarre, d'autant que c'était une de ses grandes bouteilles comme on en fait plus... C'était une McGregor de 1785, un vrai trésor. Il fallait dire que par ici, on ne jurait que par les McGregor pour ce qui était du scotch.

    Bizbee- Jamais? Comment vous avez dit que vous vous appeliez déjà?
    Lily-Je ne l'ai pas dit.', et elle n'avait de toute évidence pas l'intention de le dire, ni maintenant ni jamais,' Professeur, avez vous déjà envisagé la retraite? Je veux dire, cela fait déjà un certain nombre d'années que vous enseigner...
    Bizbee- Vingt-deux ans pour être exacte et non je n'ai jamais envisagé la retraite! Non un sorcier comme moi à d'autres préoccupations je vous pries de le croire.

    Asphodèle eut un petit sourire amusé à le voir si fier de lui.


    Lily- C'est bien dommage parce qu'il va falloir commencer à y penser...
    Bizbee- Je ne vous suis pas bien...
    Lily-Disons qu'il serait dans votre intérêt de céder votre poste...
    Bizbee- Mais qui êtes vous?! Il n'est pas question que je céde quoique ce soit vous entendez!!

    Les yeux d'Asphodèle tombèrent lentement sur la baguette que le professeur de Potions essayer de dissimuler, sans s'en cacher bien évidemment. Cela déstabilisa quelque peu le sorcier dont la main tremblait un peu, d'autant que son étrange visiteuse semblait parfaitement calme et pas le moins du monde émue par son geste sournois.

    Lily- Allons, vous allez commencez par vous calmer, tenez ça vous fera du bien.', elle lui mit le verre de scotch qu'il s'était servi dans la main, s'accroupissant prêt du fauteuil où elle l' invita à s'assoir presque gentiment.

    Bizbee- Vous êtes quoi? Un mage noir? Qu'est-ce que vous voulez?', lança-t-il, perdant son sang froid.
    Lily- Je voudrais que vous alliez voir le professeur Scylence pour lui annoncer que vous prenez votre retraite, après tout, un homme comme vous à bien mérité quelques... vacances. Non?
    Bizbee- Si... je crois. Mais ce métier c'est toute ma vie. Que ferais-je après?', il bafouillait, clairement inquiet.
    Lily-Je suis certaine que vos anciens élèves auront grand plaisir à vous revoir, Imelda Goldsnitch n'a-t-elle pas une superbe villa dans les îles Moustiques?', suggéra-t-elle.
    Bizbee- Une...une très belle bâtisse en effet, j'y suis allé dîner une fois...
    Lily- Vous voyez...
    Bizbee- Mais... Non, non je ne peux pas. Je ne prendrais pas ma retraite!
    Lily-Il vaudrait mieux pour vous que vous acceptiez ma suggestion. Vous partirez de toute façon croyez moi.
    Bizbee- Que voulez vous dire?
    Lily- Les gens qui m'ont engagé sont beaucoup moins conciliants que moi vous savez professeur...
    Bizbee- Et si je refuse?!!!', objecta-t-il, se relevant d'un coup, les nerfs en pelote.
    Lily- Libre à vous. Mais vous ne le ferez pas, vous êtes un homme raisonnable, vous ne le ferez pas professeur.
    Bizbee- C'en est assez maintenant!! SORTEZ DE MA MAISON! Je ne veux plus jamais entendre parler de ça!!

    Furieux, rouge de colère le petit homme avait déjà ouvert la porte tandis qu'Asphodèle se levait tranquillement...

    Lily- Comme vous voudrez. Mais réfléchissez y...', siffla-t-elle.

    Nigellus Bizbee claqua la porte derrière elle. Une vague de sueur froide lui glaça l'échine. Cette femme lui avait vraiment fichue la frousse. Il était peu habitué à ce genre de pression mais, pour autant, il ne prit pas vraiment la mise en garde au sérieux. Sans doute était-ce un jaloux qui avait engagé cette mégère pour lui voler sa place. Il alla donc se coucher tranquille malgré la journée qu'il venait de passer à surveiller la rue par sa fenêtre.
    Une semaine plus tard, le professeur Bizbee reçu un hibou qui venait du centre de tri de Londres. Dans la journée il alla poser sa démission auprès du professeur Rufus Scylence.





Dernière édition par Phyllis O'Maclagen le Jeu 13 Aoû - 2:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice H. Sinfull

Eurydice H. Sinfull

Points de Maison : : 10/100
Messages : 42
Patronus : Un aigle impérial.
Particularité : Métamorphomage.

(v) Asphodèle Nospheratov. Empty
MessageSujet: Re: (v) Asphodèle Nospheratov.   (v) Asphodèle Nospheratov. Icon_minitimeSam 8 Aoû - 15:59

    '____' Le choc des titans. Je veux un rp.

    <3 J'adore toujours autant Aspho, ze Vamp' quoi. Validée, et bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Phyllis O'Maclagen

Phyllis O'Maclagen

Points de Maison : : N/A
Messages : 209
Profession/Maison : 32
Patronus : un grand corbeau.

(v) Asphodèle Nospheratov. Empty
MessageSujet: Re: (v) Asphodèle Nospheratov.   (v) Asphodèle Nospheratov. Icon_minitimeSam 8 Aoû - 16:00

(v) Asphodèle Nospheratov. 1262 moi aussi je veux des rps ma louve garoute préférée XD qu'on puisse s'amuser à écrire des rp (v) Asphodèle Nospheratov. 426975
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




(v) Asphodèle Nospheratov. Empty
MessageSujet: Re: (v) Asphodèle Nospheratov.   (v) Asphodèle Nospheratov. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
(v) Asphodèle Nospheratov.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATTENTION - CLIQUEZ ICI :: introduis-toi dans ce monde. :: présente ton personnage. :: bienvenue parmi nous.-
Sauter vers: