ATTENTION - CLIQUEZ ICI
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
ATTENTION - CLIQUEZ ICI


 
AccueilAccueil  WELCOME!WELCOME!  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -37%
Montre connectée HONOR Band 5 Sport
Voir le deal
16.99 €

 

 Un collier pour cerbère.

Aller en bas 
AuteurMessage
K. & L. Staniera

K. & L. Staniera

Points de Maison : : 0/100
Messages : 23
Profession/Maison : 33

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeMar 18 Aoû - 0:31

Les deux femmes s'approchèrent du portail. Drapées dans leur épais manteaux de cuir, un large sac de toile sur l'épaule, on aurait dit un cliché sortit tout droit d'un film. Pourtant, pour autant qu'un observateur aurait pu en juger, elles n'avaient à première vu, pas le visage, ni les mains marquées de quelqu'un qui à passé sa vie à barouder à travers le monde. Chassant de ses yeux une mèche de cheveux bruns la première se tourna vers l'autre en apercevant le château qui se dressait devant elles.

"_ Ça rappelle des souvenirs ce genre d'endroit, hein ?
_ Ouais... il y à un air de déjà vu... avec quelques longues années derrière...
_ Rabat-joie, un cadre pareil ne peut pas être si désagréable au final... On se croirait presque revenu en enfance.
_ Mouais... j'ai passée l'âge d'être un chiot. Et le décor à beau être agréable, le fait est qu'on y sera enchaînées. C'est une prison. Dorée peut être mais une prison quand même.
_ Tu les jugent déjà sans même les avoir vu !
_ Les humains sont pareils, d'un bout à l'autre de la terre, qu'ils soit sorciers ou non, on a suffisamment payées pour le savoir, non ?

L'échange âpre pourrait laisser croire que les deux femmes ne s'entendaient pas très bien, du moins pour qui ne les connaissaient pas, mais il y avait une certaine tendresse dans le ton et dans le regard qu'elles se portaient. Toute deux aurait préférées venir ici selon d'autres conditions, mais elles avaient accepter de plein gré, et par conséquent se devait d'accepter aussi les conditions qui leur étaient imposées. Le parc semblait immense et le château plus encore. Le portail aurait put être encore à 100 comme à 500mètres, elles avaient l'impression de ne jamais devoir arriver jusqu'à lui. L'endroit semblait presque désert, tout était si... calme. Étrangement calme. Non pas qu'elles fussent impressionnables, mais ce n'était pas l'atmosphère qu'on se serait attendu à trouver dans une école. Avec un temps de retard, Lheena fit remarquer à Kheeva qu'en même temps, les élèves ne devaient eux même arriver que dans deux ou trois jours au château. Ce à quoi sa sœur répondit par une grimace dédaigneuse, rabattant un vieux feutre depuis longtemps démodé sur ses yeux.

"_ Au fait comment s'appelle celle que l'on est censées contacter déjà ? Macallemy ?
_ Maclagen. C'est elle qui va nous empoisonner chaque mois.
_ Au moins, ça évitera les incidents.
_ Mouais... la seule chose qui empêcher a tout "incident" comme tu dis si bien c'est que l'on me laisse bougonner à satiété. C'est déjà assez difficile comme ça de devoir supporter ce sortilège infamant, pour ne pas avoir en plus des gosses dans les pattes.
_ Tiens c'est drôle, il me semblait t'avoir entendu dire il y à quelques années, qu'avoir des petits ne te serait pas désagréable.

Kheeva, enfonça son feutre jusqu'au ras des oreilles cette fois, ajoutant un grognement de mauvaise humeur patente. Tout autant que sa sœur l'arrivée dans ce nouveau lieux était une source d'inquiétude pour la lycane, être en butte avec les réactions des autres c'est une chose mais devoir serrer les dents et avaler sa langue en était une autre à laquelle ni l'une, ni l'autre n'était habituée. Ah, il aurait fallut les voir arpenter les rues du Milan du XVIIème siècle, rapière battant à leur flanc, le regard fier et droit. Le monde aurait été à leur pied sans certaines idées bien ancrées à l'époque quand à la place d'une femme respectable. Bah, autre temps, autres mœurs. Chacune avait une manière différente d'appréhender les choses, si souvent Kheeva paraissait être celle des deux qui était la plus abordable, Lheena était plus maîtresse de ses émotions. Ou du moins les cachait-elle mieux que sa jumelle. Après quelques piques qui fusèrent d'un côté comme de l'autre les deux sœurs se trouvèrent sous le porche, guettant un signe de vie quelconque. Elles avaient pourtant envoyées une corneille annonçant leur arrivée avec précision. Si tant est qu'elles eue la notion de la ponctualité. Les deux sœurs laissèrent leurs sac glisser dans la poussière et se préparèrent à patienter jusqu'à l'arrivée de leur guide.
Revenir en haut Aller en bas
Phyllis O'Maclagen

Phyllis O'Maclagen

Points de Maison : : N/A
Messages : 209
Profession/Maison : 32
Patronus : un grand corbeau.

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeMar 18 Aoû - 1:21



    On ne l'avait informée qu'à la dernière minute de l'arrivée des jumelles Straniera. Une arrivée qui avait encore plus de bruit que la sienne puisqu'il s'agissait de faire entrer deux lycanes dans l'enceinte sécurisante d'une école de sorcier de premier cycle. Ce qui causait tant d'agitation c'était surtout que Rufus Scylence avait prit la décision sans consultation, bien entendu il était parfaitement dans son droit de le faire, mais le caractère pour le moins particulier des deux nouvelles arrivantes avait divisé certains des professeurs. Lilith Grey, la sous directrice s'étonnait que Rufus ne l'ait pas consulter au préalable mais elle semblait lui accorder confiance. Au contraire le concierge n'avait cessé de sortir de mauvaise plaisanterie comprenant pièges à loup et autres histoires de bêtes empaillées et de trophées de chasse qu'il avait soit- disant dans le cagibi qui lui tenait lieu de bureau. Il y avait aussi ceux qui s'étaient montrés enthousiaste, tel le professeur de Défense contre les Forces du Mal ou le professeur d'Etude des Moldus que d'aucun considérait comme une petite nature prompte à s'émouvoir de tout et de rien. Un nouvel arbre planté dans le parc lui aurait causé autant de joie.
    Pour sa part, Phyllis ne disait mot. Son aversion pour les lycans se devaient d'être gardée pour elle. Aussi ne se rangea-t-elle à aucun avis parmi ceux de ses collègues. Elle se contenta de finir 'organiser ses cours au plus vite pour pouvoir commencer la préparation des fioles de tue-loup qui semblaient devenues un incontournable vu la situation. Elle s'était facilement mis d'accord avec le professeur Grey pour avoir un accès aux serres et que l'on commence à cultiver l'Aconit Tue-Loup nécessaire à la préparation de la potion. Ceci fait, il ne lui resta plus qu'à attendre l'arrivée d'une corneille, qui devait lui indiquer l'heure précise de l'arrivée des deux nouvelles gardes chasse, à quelques jours seulement de la rentrée.

    Un regard à son chaudron qui sifflotait doucement et la femme aux cheveux blonds se drapa d'une cape violine tout à fait charmante qui mettait ses yeux clairs en valeur et pour autant lui donnait beaucoup d'allure. Elle descendit le petit chemin tortueux qui contournait le lac pour mener à l'entrée du château que gardaient les deux sangliers ailés comme toujours. Là, elle avisa deux femmes, jeunes en apparence. Mais Phyllis O'Maclagen connaissait bien mieux ces bêtes là qu'elle avait bien voulu le montrer, et elle ne se serait laissé si facilement abusée par des figures si juvéniles.

    Phyllis- Je suis le professeur O'Maclagen et vous devez être les soeurs Straniera si je ne m'abuse?

    Un accueil peut-être formel mais le ton de la voix était très poli, voire accueillant. Elle leur sourit...

    Phyllis- J'espère ne pas vous avoir fait trop attendre...






Revenir en haut Aller en bas
K. & L. Staniera

K. & L. Staniera

Points de Maison : : 0/100
Messages : 23
Profession/Maison : 33

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeMar 18 Aoû - 23:48

Les deux jeunes femmes se turent dès que le bruit d'un pas léger se fit entendre sur le sentier. La femme qui émergea bientôt à leur vue semblait dégagé une froideur hautaine, c'était sans conteste la vivante image de ces cchâtelaines de leur passé, elles se seraient presqu'attendues à voir émerger à sa suite un cortège de cavaliers en armure pret à l'escorter. Une analogie déplaisante. Et plutôt singulière. Elle semblait encore jeune, enfin pour une prof. Ses longs cheveux blonds s'échappait de sa cape violette qui battait derrière elle. Froide et belle voilà ce qu'elle semblait être.

Je suis le professeur O'Maclagen et vous devez être les soeurs Straniera si je ne m'abuse?

Le ton avait beau être presqu'amical, son sourire paraissait fade, comme forcé. Kheeva en particulier tica en l'entendant écorcher leur nom. Restez discrètes. Orlov avait été sans appel là dessus, pas question de se faire remarquer par un éclat.

Staniera... C'est Staniera... Je suis Kheeva.
Et moi Lheena, enchantée.

Le ton de leur voix était égal, pas inamical ou froid, ni même qu'enjoué. Simplement égal et réservé, sans laisser place à la moindre émotion.

J'espère ne pas vous avoir fait trop attendre...
Oh, non nous venions...
...juste d'arriver. Mais nous ferez vous...
... l'honneur de nous faire entrez céans ?

L'intonation que Lheena avait donnée à ce mot précis était indéchiffrable, sans être une moquerie, on ne se serait pas non plus risqué à y voir un compliment.


J'ai honte... mais honte... T-T
Revenir en haut Aller en bas
Phyllis O'Maclagen

Phyllis O'Maclagen

Points de Maison : : N/A
Messages : 209
Profession/Maison : 32
Patronus : un grand corbeau.

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeMer 19 Aoû - 22:27



    Kheeva- Staniera... C'est Staniera... Je suis Kheeva.
    Lheena- Et moi Lheena, enchantée.
    Phyllis- Excusez moi, Staniera donc.

    Elle s'étonnait d'avoir du lire trop vite la petite missive et par soucis de certitude, elle se jura de vérifier ça plus tard. Quoiqu'il en fut, c'était très rare qu'elle se trompe de la sorte et ses excuses étaient sincères. Il faudrait qu'elle s'assure à l'avenir de ne pas recommettre la chose.
    Elle avisa un instant les deux jeunes femmes sans pour autant arrêter un avis sur elles. Elle préférait attendre de voir ce que donnerait leur premiers échanges durant la visite.

    Lheena- Oh, non nous venions...
    Kheeva- ...juste d'arriver. Mais nous ferez vous...
    Lheena- ... l'honneur de nous faire entrez céans ?
    Phyllis- Bien entendu...', fit-elle en même temps qu'elle faisait tourner une lourde clé dans le portail.

    Il y eu comme un bruit électrique, du au champs magique qui se mettait en branle pour laisser entrer les deux nouvelles arrivantes. La sorcière aux cheveux blonds ne put que remarquer l'étrange ton qu'avait l'une des deux jumelles, Kheeva, pour être plus précise. C'était assez difficile de se faire une idée précise de ce qui se cacher derrière cette façon de s'adresser à elle et Phyllis n'en pris donc pas note pour l'instant, hormis dans la mesure ou elle se disait que s'il y avait un dominant ici ou du moins un qui faisait figure d'aîné, comme souvent chez les jumeaux, c'était ladite Kheeva.
    Elle les invita poliment à entrer d'un geste suivi par un pan de son manteau violine.

    Phyllis- Nous allons entrer par la petite porte en contournant le lac. Tout ceci sera votre domaine,' annonça-t-elle en désignant l'ensemble du parc qui ne semblait limité que par l'ombre de la forêt interdite', Mais avant d'en faire le tour, je pense que vous apprécierez un peu de confort. Une tasse de thé peut-être ou autre chose. Et puis cela vous donnera l'occasion de connaître le reste du personnel de Poudlard. Le directeur n'étant pas là cet après midi je pense qu'il vous rendra lui même visite d'ici ce soir ou demain. C'est un homme très distingué il ne voudra pas vous déranger passer une certaine heure...

    Phyllis avait une certaine aisance à parler peu importait qui elle avait en face et sa voix était en outre très agréable. C'est peut-être aussi ce qui l'avait toute désignée pour l'accueil des soeurs Staniera. Elle les guida le long du petit chemin en pente qu'emprunteraient les élèves dans quelques jours mais, comme elles arrivaient à proximité du château, Phyllis bifurqua, coupant à travers la pelouse vers une toute petite porte de bois.

    Phyllis- Voici l'entrée que vous pourrez utiliser toutes les fois où vous souhaiterez éviter la foule des élèves. Ils ont tendance à rendre le grand Hall impraticable aux heures de repas ou après les matchs de Quidditch.', elle poussa la porte qui débouchait juste derrière la table des professeurs sur l'estrade et les laissa passer devant et apprécier la beauté enchanteresse de l'endroit,' Nous prenons le petit déjeuner à 7h30, le déjeuner à midi tapante et le dîner est servi à 8h. Vous n'êtes bien sûr pas obligées de vous astreindre à ses horaires ni aux dîners publiques, mais il est vrai que l'école aime à se rassembler à ces moments de la journée, c'est très convivial de ...

    Elle fut interrompue par un genre de grognements. Un type était en train de s'escrimer sur les gongs d'un des deux grands panneaux de bois qui donnaient sur le hall.

    Phyllis- Oh! Je vous présente Monsieur Hudson, le concierge de l'école, Monsieur... les jumelles Staniera.

    Le concierge tendit un oeil vers les deux femmes près du professeur de potion. Il avait l'air de mauvais poil:

    Concierge- Cette satanée porte est encore bloquée...






Revenir en haut Aller en bas
K. & L. Staniera

K. & L. Staniera

Points de Maison : : 0/100
Messages : 23
Profession/Maison : 33

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeMer 19 Aoû - 23:56

    Il était réellement difficile de se faire un avis sur cette personne ambiguë. Les humains ne sont pas si flous d'ordinaire... Les deux sœurs reculèrent d'un pas prudent alors que Phyllis ouvrait le portail magique. Toutes ces étincelles et cette magie qui saturait l'air alentour ne leur inspirait qu'une méfiance prudente, il n'était pas impossible qu'on y est mis des charmes contre ceux de leurs espèces. Sur son invite, elles entrèrent enfin dans l'enceinte de Poudlard et déjà elles avaient le sentiment qu'on leur passait un collier autour du cou. Funeste impression.

    Nous allons entrer par la petite porte en contournant le lac. Tout ceci sera votre domaine, mais avant d'en faire le tour, je pense que vous apprécierez un peu de confort. Une tasse de thé peut-être ou autre chose. Et puis cela vous donnera l'occasion de connaître le reste du personnel de Poudlard. Le directeur n'étant pas là cet après midi je pense qu'il vous rendra lui même visite d'ici ce soir ou demain. C'est un homme très distingué il ne voudra pas vous déranger passer une certaine heure...

    Leur blonde guide semblait être une véritable pipelette incapable de stopper le flot de sa voix, une voix assez charmante tout de même, on pouvait donc lui pardonner son débit incessant. D'une certaine manière elle semblait ne pas tenir compte de leur côté lycanthrope. Et d'un autre côté... elle avait une manière de garder une distance imperceptible entre elles trois, qui semblait démentir cette première impression. Elles remontèrent le sentier jusqu'au pied du château, puis à la surprise des jumelles, elles bifurquèrent subitement jusqu'à une porte de bois.

    Voici l'entrée que vous pourrez utiliser toutes les fois où vous souhaiterez éviter la foule des élèves. Ils ont tendance à rendre le grand Hall impraticable aux heures de repas ou après les matchs de Quidditch. Nous prenons le petit déjeuner à 7h30, le déjeuner à midi tapante et le dîner est servi à 8h. Vous n'êtes bien sûr pas obligées de vous astreindre à ses horaires ni aux dîners publiques, mais il est vrai que l'école aime à se rassembler à ces moments de la journée, c'est très convivial de ...

    Lheena allait émettre une question lorsqu'elle fut interrompue par un grognements. Un type plutôt grand et costaud, rougit par l'effort était en train de s'escrimer sur les gongs d'un des deux grands panneaux de bois qui donnaient sur le hall.

    Oh! Je vous présente Monsieur Hudson, le concierge de l'école, Monsieur... les jumelles Staniera.

    Le... concierge... leur rendit un regard torve et mauvais qui n'était pas du goût des deux lycanes, pas du tout, cependant elles se gardèrent bien de le lui faire savoir aussi directement que lui leur faisait comprendre qu'elles n'étaient pas les bienvenues ici.

    Cette satanée porte est encore bloquée...

    Les jumelles échangèrent rapidement un coup d'œil et se dirigèrent d'un même pas vers la porte, en contournant l'humain et la vague odeur de sueur du à son effort, du moins l'espéraient-elles, avant de placer les mains bien à plat sur la lourde porte, puis sans grand effort apparent elles s'appuyèrent dessus, faisant grincer les gonds alors que la porte pivotait sur son axe. Même sous cette forme, les lycans conservent une parcelle de leur force. Malgré sa bonne résolution les lycanes ne purent s'empêcher de taquiner l'humain.

    Boarf, elle manque d'huile votre porte.
    Peut être aussi gratter les traces de rouille, ça coince après.
Revenir en haut Aller en bas
Phyllis O'Maclagen

Phyllis O'Maclagen

Points de Maison : : N/A
Messages : 209
Profession/Maison : 32
Patronus : un grand corbeau.

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeJeu 20 Aoû - 11:22



    Phyllis et Hudson regardèrent les deux lycanes faire d'un oeil intéressé pour l'un, méfiant pour l'autre. La porte grinça, récalcitrante mais fini par céder.

    Kheeva- Boarf, elle manque d'huile votre porte.
    Lheena- Peut être aussi gratter les traces de rouille, ça coince après.

    Phyllis n'était pas persuadée que la moquerie allait être du meilleur effet sur le concierge qui était déjà bien suffisamment paranoïaque sans ça, mais ce que la jolie blonde n'avait pas prévu c'était qu'un petit machin de la taille d'une bille allait trahir les jumelles en tombant de la porte pour aller rebondir jusque sous la table de Serdaigle. L'oeil menaçant, le concierge donna un tour de baguette et rattrapa la bille entre son pouce et son index avec une dextérité déconcertante. Une dragée surprise de Bertie Crochue!

    Concierge- C'est vous qui avait coincé ça dans ma porte? Si c'est vous...', fit-il en regardant directement Kheeva.
    Phyllis- Non je ne crois pas Monsieur Hudson, elles viennent d'arriver, d'ailleurs nous allons prendre congés maintenant.', fit-elle en poussant poliment ses "invitées" vers le hall sous l'oeil sibyllin de Hudson. ,'il est toujours comme ça, il ne faut pas faire attention. Le mieux est de ne pas lui adresser la parole.

    Elle même avait eu droit à la même chose a son arrivée à Poudlard. Le coup de la porte coincée et ça avait aussi failli être de sa faute mais elle avait eu la bonne candeur de demander ce que c'était que cette petite chose ce qui l'avait immédiatement disculpée. Il n'y avait que Lilith Grey qui n'avait aucun problème avec le concierge, allez donc savoir pourquoi. Elle leur fit ensuite patiemment visiter les étages, et les tours mais elles n'entrèrent jamais dans les salles communes et les dortoirs des élèves. Elles s'arrêtèrent au cinquième étage en redescendant pour Phyllis leur montre les appartements du personnel:

    Phyllis- Il va sans doute y avoir un appartement libre d'ici peu, le professeur Minipet pense nous quitter bientôt si j'ai bien compris. Une histoire avec le professeur Butterfly ou quelque chose comme ça... Si la cabane du garde chasse vous parait trop sommaire, vous pourrez sans doute demander à récupérer ses appartements, d'autant que vous êtes deux.

    Elle les ramena ensuite au rez de chaussée où se trouvait la très confortable salle des professeurs. Leur arrivée fut accueillie de façon mitigée par une dizaine de paire d'yeux qui les fixaient sans rien dire. Ce fut la sous directrice qui rompit le silence:

    Lilith- Entrez ne restez pas sur le seuil comme ça. Tu as eu une très bonne idée de les faire passer par ici Phyllis. Je vous présente les Jumelles Staniera, Kheeva et Lheena, nos nouvelles gardes chasse.
    Professeur Lovett- C'est un immeeeeeense bonheur de vous avoir parmi nous mesdemoiselles, entrez, entrez, vous prendrez bien quelque chose. Du thé? Ou peut-être quelque chose de plus fort!

    Phyllis leva les yeux au ciel devant l'enthousiasme débordant du professeur d'étude des moldus qui déjà s'affairait à servir les nouvelles arrivantes.... Elle le trouvait d'un agaçant ce type. Mais bon peut-être était-elle la seule dans ce cas. Et en plus elle trouvait qu'il avait un débit de parole insupportable.


Revenir en haut Aller en bas
K. & L. Staniera

K. & L. Staniera

Points de Maison : : 0/100
Messages : 23
Profession/Maison : 33

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeJeu 20 Aoû - 19:54

    Phyllis semblait affecter de rester neutre tandis que le concierge semblait d'encore plus mauvais poil, encore un qui n'avait aucun sens de l'humour... Le regard qu'il leur lança avait un léger goût de "vous ne perdez rien pour attendre". Un petit objet rond choisit cet instant pour filer se mettre à couvert sous une des longues tables. Le concierge avait une lueur de triomphe revanchard dans le regard, d'un simple accio il rattrapa le bonbon qui semblait provenir de la porte.

    C'est vous qui avait coincé ça dans ma porte? Si c'est vous...
    Hein ? Mais comment voul...
    Non je ne crois pas Monsieur Hudson, elles viennent d'arriver, d'ailleurs nous allons prendre congé maintenant.

    La professeur venait de couper la chique à une Kheeva indignée par l'accusation infondée dont elle venait d'être la victime. Pour ce qu'elle en savait Hudson lui même avait pu mettre là la dragée ! Lheena allait se mettre à répliquer quand d'une poussée insistante dans le dos des jeunes femmes, elle les fit sortir rapidement de la salle.

    Il est toujours comme ça, il ne faut pas faire attention. Le mieux est de ne pas lui adresser la parole.
    M'est avis qu'il nous avait d'or et déjà dans son collimateur celui-là, je me trompe ?

    Elle les entraina ensuite à travers le chateau, visitant la plupart des lieux sans toutefois s'attarder outre-mesure, en même temps, il était assez peu probable qu'elles doivent se trouver par là, leur fonction étant essentiellement extérieure. Les deux sœurs prirent tout de même note de tout ce que leur disait leur guide, après tout, cela pouvait peut être se révéler utile plus tard. En redescendant, Phyllis les conduisit jusqu'aux appartements du personnel.

    Il va sans doute y avoir un appartement libre d'ici peu, le professeur Minipet pense nous quitter bientôt si j'ai bien compris. Une histoire avec le professeur Butterfly ou quelque chose comme ça... Si la cabane du garde chasse vous parait trop sommaire, vous pourrez sans doute demander à récupérer ses appartements, d'autant que vous êtes deux.
    Fascinant... j'aime beaucoup l'idée mais je vous conseil de changer la porte et de prendre de quoi dormir une fois par mois, dit Lheena que l'idée amusait beaucoup et qui ne serait surement pas du goût de tous. De retour au rez-de-chaussée, elles pénétrèrent dans une salle douillette où il aurait fait bon d'y installer sa tanière. Leur arrivée fut suivit d'un silence pesant qui semblait devoir s'éterniser alors que les regards convergeaient en direction des jeunes femmes. Pour un peu Kheeva aurait coucher les oreilles en arrière et ce serait mise à gronder devant la tension et Lheena n'aurait pas été loin de l'imiter si elle l'avaient pu sous cette forme. Une grande brune à l'ai austère finit par briser le silence pesant :

    Entrez ne restez pas sur le seuil comme ça. Tu as eu une très bonne idée de les faire passer par ici Phyllis. Je vous présente les Jumelles Staniera, Kheeva et Lheena, nos nouvelles gardes chasse.
    C'est un immeeeeeense bonheur de vous avoir parmi nous mesdemoiselles, entrez, entrez, vous prendrez bien quelque chose. Du thé? Ou peut-être quelque chose de plus fort!

    Lheena et Kheeva saluèrent la salle d'un hochement de tête et se calmèrent un peu, la première étant extrêmement amusée par celui qui semblait avoir autant de suite dans les idées qu'un jeune chiot.

    Un plaisir partagé, professeur... ?
    Une tasse de thé ce sera parfait.

    Globalement, les autres professeurs ne paraissaient pas aussi inamicaux qu'elles l'avaient redoutées, discernant même un ou deux sourire, voir signes de bienvenue parmi eux. Il y en avait bien qui paraissaient plus réservés, mais ça, elles s'y était attendu déjà plus. Laissant Lheena discuter avec le professeur volubile, Kheeva reporta bien vite son attention sur la grande femme brune austère qui les avaient accueillies et présentées.
Revenir en haut Aller en bas
Abaddon M. Van Hellsing

Abaddon M. Van Hellsing

Points de Maison : : N/A
Messages : 38
Patronus : Basilic
Particularité : Alchimiste&Legilimens

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeMar 25 Aoû - 10:49


Le bureau de Rufus Scylence était très impressionnant. Il y avait nombre de livre éparpillé à un peu partout, et d'un premier coup d'œil tout était d'un bordélique horrible, mais une fois que l'on s'approchait réellement, on pouvait bien voir que c'était une « bordel organisé ». Abaddon était toujours amusé de voir combien le vieil homme s'en sortait, à livre deux ou trois livres en même temps, et ce, tout en signant les accords de sorties. Si Abaddon était là, cependant, ce n'était ni pour les livres, et encore moins pour des accords de sorties – il les avait déjà, à quoi bon? C'était pour une affaire des « plus urgentes », alors l'alchimiste était aussitôt venu, comme appelé par le voix du maître. La Confrérie des Alchimistes se moquait bien d'Abaddon, petit chien qui suivait le monde des sorciers, qui s'y mêlait même, mais les jurons sur son nom lui importait peu. D'un seul claquement de doigt il aurait pu anéantir tous ses prétendus alchimistes, se cachant derrière le prestige du nom pour vivre heureux, avec les rentes. Ridicule. Abaddon arqua un sourcil en voyant le vieil homme émergeait d'un coin de la pièce, sans prévenir, et le regardait de son œil dur et froid, mais où il n'y avait jamais aucun ressenti, juste un petit manque de chaleur.

« Nous devrions y aller, c'est l'heure. » Abaddon hocha la tête, sans même savoir de quoi il parlait et il emboîta aussitôt le pas au vieux Scylence, d'un calme d'outre tombe. Le calme du Van Hellsing, son indifférence la plus totale et peut être aussi son impassibilité faisait froid dans le dos, mais lorsque l'on est une perche d'un mètre quatre vingt douze, il faut bien trouver un moyen de se faire respecter sans bouger. La peur qu'il inspirait – la panique même – une fois en colère avait rapidement dissuadé ses élèves de le mettre en rogne. Abaddon faisait bien une tête de plus que le vieux Scylence, mais leur deux charismes semblaient s'affronter, l'un plus petit certes mais dégageant une forme phénoménale, l'autre trop grand et trop maigre, mais aussi très sombre. Dans le couloir, le Hellsing n'osa pas un mot, alors que Scylence, lui, était bien curieux.

« Vous n'avez rien contre les loups garous, Abaddon? »
« Absolument rien. » Réponse froide, directe.
« Vous ne seriez donc pas gêner d'apprendre que j'ai recruté deux demoiselles lycanes. Des mordues de vingt huit ans. Elles feront office de garde de chasse et de professeur. » Aucune réponse. « Rien à dire ou à ajouter? »
« Devrais-je? »
« Non, bien sûr que non. » Silence, et Scylence arqua un sourcil. « Et si je vous demandais de les entraver les soirs de pleine lune? »
« Si cela est pour ne pas nuire à Poudlard et aux élèves, je le ferais. »
« Merci Abaddon. »

Abaddon n'avait pas cillé, il avait dit cela d'un naturel plat, sans animosité, sans rien. D'un plat calme, en quelque sorte. Rufus reprit sa lente marche vers la salle des professeurs et ils y entrèrent. Rufus ne fut pas bien surpris de trouver là les jumelles, et Abaddon ne cilla pas, pas un trait de son visage ne se tira plus qu'il ne le fallait. Le professeur d'étude des moldus amena aussitôt une tasse de thé au directeur qui le remercia avec un sourire et ce dernier s'approcha aussitôt des jumelles, Abaddon le suivant de quelques pas.

« Il n'a pas été trop dur de trouver le château? J'espère que vous avez fait bon voyage. Je suis heureux de pouvoir vous compter parmi nous. » Le regard de Scylence se posa sur Phyllis, un regard profond et opaque. « Je vous remerci de leur avoir fait visiter les lieux. Je devais parler d'une grande affaire avec Abaddon, et vous savez combien il est long à décider, Phyllis. » Le vieil homme faisait de l'humour, Abaddon eut un petit sourire. Long à décider... que sur certaines choses. L'alchimiste s'approcha et tendit la main à la première des jumelles qu'il croisa, son regard vert émeraude se posant sur cette dernière, la scrutant. « Mes demoiselles Staniera, je vous présente notre fameux alchimiste, Abaddon Van Hellsing, qui vous accompagnera dans vos pleines lunes. »
« Enchanté. »

Parler peu, économiser le flot de parole? Non. Juste pas de temps à perdre dans des discutions inutiles et stériles, sans queue ni tête et encore moins dans les fioritures que les humains avaient tant l'habitude de prendre, comme pour se rendre intéressant. Comme si il n'avait que ça à faire. Se rendre intéressant...

_________________
Un collier pour cerbère. Jacksongun
« Je reviendrais, Badou. »
« On t'attendra, Sam, moi et le petit. »
Revenir en haut Aller en bas
Phyllis O'Maclagen

Phyllis O'Maclagen

Points de Maison : : N/A
Messages : 209
Profession/Maison : 32
Patronus : un grand corbeau.

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeMar 25 Aoû - 21:39


    Phyllis laissa les présentations se faire, appréciant la mesure du professeur Van Hellsing. C'était typiquement le genre de concision qu'elle même appréciait et d'ailleurs n'eut-elle était obligé de faire le pitre à la place de Rufus Scylence elle se serait passée sans mal de jouer les mage touristique.

    Scylence- Je vous remercie de leur avoir fait visiter les lieux. Je devais parler d'une grande affaire avec Abaddon, et vous savez combien il est long à décider, Phyllis. »
    Phyllis- C'était tout naturel professeur.', fit-elle poliment.

    Elle eut un petit sourire quand il évoqua à quel point il avait eu du mal à convaincre l'alchimiste. Sa curiosité éveillée, elle ne dit pourtant mot, gardant dans un coin de sa tête qu'il faudrait qu'elle se mette en quête de savoir de quoi il s'agissait. Elle ne voulait pas que quoique ce fut lui échappe ici à Pouldard et jusque là elle s'était montrée particulièrement douée dans cette tâche.
    Ce fut au tour du professeur Cornedrue de se présenter. Malheureusement le pauvre homme avait une sainte horreur des "bestioles et créatures surprenantes en tout genre" pour parler en ses propres mots. Phyllis s'était toujours demandé comment une telle personne avait pu accéder au poste de professeur de soins aux créatures magiques, et mieux encore, comment faisait-il pour les assurer. Elle se l'imaginait déjà dans quelques jours faire étudier ses élèves à partir de croquis ou présenter un hyppogriffe en se tenant bien derrière eux. Rien que l'idée lui donnait envie de rire.

    Cornedrue- ... b-bonjour. Vous euuh... vous allez prendre les appartements du garde chasse où ceux des professeurs finalement?

    Bonne question pour quelqu'un qui a tout intérêt à ne pas se trouver nez à nez avec une créature surprenante dans les couloirs quand il se relèverait pour aller aux toilettes la nuit. Phyllis se demandait ce qu'il entendait par créature surprenante. Dans un sens, tout pouvait vite devenir surprenant alors elle ne savait pas si du point de vue de Cornedrue il fallait se cantonner aux créatures pouvant se transformer ou aussi à celles qui avait l'air parfaitement inoffensives mais ne l'était pas du tout. Pendant qu'elle se posait la question, le professeur de SACM, toujours soucieux de donner une bonne image de lui même, se ressaisit un peu faisant mine d'être à l'aise dans la conversation:

    Cornedrue- J'enseigne les soins aux créatures magiques, je connais fort bien votre cas, heureusement que le professeur O'Maclagen sera là pour vous aider et Abbadon également. J'ai toujours trouvé que les loup garous étaient des créatures surprenantes...

    Phyllis se retint une nouvelle fois de se moquer, ajoutant le lycanthrope à sa petite liste imaginaires des créatures surprenantes.



Revenir en haut Aller en bas
K. & L. Staniera

K. & L. Staniera

Points de Maison : : 0/100
Messages : 23
Profession/Maison : 33

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeMer 26 Aoû - 0:40

Chacune de leur côté, les jumelles faisaient connaissance avec leurs nouveaux collègues. De l'extérieur on aurait pu croire qu'elles s'ouvraient facilement, renvoyant en fait ce que les autres attendaient d'elles, bien retranchées qu'elles étaient derrière leurs sourire polis mais réservés. La porte s'ouvrit sur deux nouveaux personnages qui semblèrent aussitôt accaparés à eux seuls tout l'espace. On aurait pu trouver quelque chose de comique à ces deux hommes aussi mal assortit, voir quelque moquerie de mauvais gout à la manière qu'avait le plus grand de suivre son aîné tel un chien bien dressé, pourtant personne ne s'y serait risqué. Dans la Meute, pareil êtres ne l'auraient céder qu'à Wolfgang. Et encore. L'ancien pris la tasse que son cadet lui offrait avant de s'approcher de Lheena, un sourire de bienvenu sur le visage.

Il n'a pas été trop dur de trouver le château? J'espère que vous avez fait bon voyage. Je suis heureux de pouvoir vous compter parmi nous.
La route était bonne et légère, nous avons voyagées sans encombre. Le plaisir est, partagé; répondit-elle avec un semblant d'hésitation sur le dernier mot, ne sachant trop à quoi s'attendre avec cet alpha là.
Je vous remercie de leur avoir fait visiter les lieux. Je devais parler d'une grande affaire avec Abaddon, et vous savez combien il est long à décider, Phyllis.
C'était tout naturel professeur.

La lycane laissa transparaitre dans ses yeux un éclair d'incompréhension, étouffant la question qui lui venait à l'esprit, était-ce une plaisanterie entre ces trois là ?

Mes demoiselles Staniera, je vous présente notre fameux alchimiste, Abaddon Van Hellsing, qui vous accompagnera dans vos pleines lunes.
Enchanté.
Enchâinée. Tée. dit-elle d'une voix froide et basse. A part Van Hellsing personne n'avait du percevoir ce qu'avait dit Lheena que l'allusion du directeur avait quelque peu prise à rebrousse-poil.

Avait-il perçu chez elle cette soudaine froideur qui s'était installée en elle ou faisait-il semblant de ne rien voir du tout ? Ou encore s'en moquait-il après tout. Comme Lheena tentait de percer derrière le masque de retenue de Van Hellsing, Phyllis arriva avec un nouveau professeur, celui-là même qu'elles étaient censées remplacer, peut être. La lycan e trouva un instant... déconcertée. Ce petit homme était-il vraiment professeur ? Quelle bonne blague, ni l'une, ni l'autre ne lui aurait confier le soin de garder un lapin. L'inverse en revanche... enfin.

... b-bonjour. Vous euuh... vous allez prendre les appartements du garde chasse où ceux des professeurs finalement?; sembla couiner le petit homme comme appeuré. Lheena eu presque un sourire de pitié.
Nous n'en savons trop rien encore... mais je suppose qu'il ne serait pas au goût de tous de faire entrer le loup dans la bergerie, si j'ose dire.
J'enseigne les soins aux créatures magiques, je connais fort bien votre cas, heureusement que le professeur O'Maclagen sera là pour vous aider et Abbadon également. J'ai toujours trouvé que les loup garous étaient des créatures surprenantes...
Je dois avouer que la plus surprenante des créatures qui m'est été donnée de rencontrer est bien en face de moi... professeur...

Lheena se détourna légèrement de son interlocuteur, légèrement excédée par le manque de tact de son vis à vis, Kheeva qui n'avait rien perdu de l'échange lui lança une grimace réprobatrice, partageant son impression. C'était à coup sur de l'ignorance, mais c'était là presque insultant de voir ce professeur parler d'elles ainsi. Lheena inclina la tête pour saluer le professeur Cornedrue avant de faire un petit sourire désolé à l'attention de Scylence, Maclagen et Van Hellsing.
Revenir en haut Aller en bas
Abaddon M. Van Hellsing

Abaddon M. Van Hellsing

Points de Maison : : N/A
Messages : 38
Patronus : Basilic
Particularité : Alchimiste&Legilimens

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeVen 28 Aoû - 15:20


« Je vous remercie de leur avoir fait visiter les lieux. Je devais parler d'une grande affaire avec Abaddon, et vous savez combien il est long à décider, Phyllis. »
« C'était tout naturel professeur. »

Abaddon eut un sourire léger, presque moqueur, alors que le visage de Rufus restait toujours le même. C'était une de ses forces. Ne jamais rien laissé paraître. Cette affaire si... importante... Abaddon sembla réfléchir un instant, juste quelques secondes. Il avait vraiment accepté? Derrière ses mèches brunes, le directeur de serpentard ne disait plus mot... Oui. Il avait vraiment accepté. L'alchimiste posa son regard sur une des deux lycanes et cette dernière semblait – tout comme Phyllis à ce moment là – comme intéressée.

« Mes demoiselles Staniera, je vous présente notre fameux alchimiste, Abaddon Van Hellsing, qui vous accompagnera dans vos pleines lunes. »
« Enchanté. » Il tendit la main, plus par respect que par envie, mais son visage restait impassible, quasiment insondable. Retenue particulière ou était-ce son naturel? On l'ignorait.
« Enchaînée. Tée. » Il tiqua et eut un sourire léger, moqueur aussi.
« Allons, serais-ce si désagréable de passer la nuit avec moi? »

Il tourna aussitôt le visage, laissant au dépourvu la jeune lycane, et posa son regard sur monsieur Cornedru. Ce bon monsieur Cornedru, qui n'a sans doute jamais tenu un chat ou une souris dans sa main une fois dans sa vie... oui, ce monsieur là. Abaddon eut un sourire serein en posant son regard sur lui. Il ne le dévisageait pas. Son esprit était un livre ouverte. Cornedru était un vrai livre ouvert, ce qui n'était pas le cas de Lilith et de Phyllis. Rufus, à l'inverse, ne laissait passer que ce qu'il désirait, trompant alors l'alchimiste. Mais ça ne le mettait pas hors de lui. Il ne prenait cela avec philosophie. Certains avaient des secrets, d'autres pas.

« ... b-bonjour. Vous euuh... vous allez prendre les appartements du garde chasse où ceux des professeurs finalement? »
« Nous n'en savons trop rien encore... mais je suppose qu'il ne serait pas au goût de tous de faire entrer le loup dans la bergerie, si j'ose dire. »
« Nous avons bien Lilith. Un loup – même deux – font pâle figure face à elle. » Abaddon posa son regard émeraude sur Grey, un sourire sur les lèvres. C'était de l'humour bien pauvre, mais Rufus eut un petit rire, tapotant sur l'épaule de Cornedru.
« Ne vous inquiétez pas, je suis sûr qu'elles sont végétariennes. » Abaddon recula de quelques pas, semblant en retrait. Il tourna même le dos à Cornedru, son regard fixant ses doigts, songeur.
« J'enseigne les soins aux créatures magiques, je connais fort bien votre cas, heureusement que le professeur O'Maclagen sera là pour vous aider et Abaddon également. J'ai toujours trouvé que les loup garous étaient des créatures surprenantes... »
« Je dois avouer que la plus surprenante des créatures qui m'est été donnée de rencontrer est bien en face de moi... professeur... »
« Allons, allons. Monsieur Cornedru est unique en son genre. » Scylence essayait de détendre l'atmosphère, et le pauvre professeur ne semblait plus où savoir se mettre. Le directeur posa son regard sur Kheeva et eut un sourire calme : « Peut être aimeriez-vous avoir plus d'information sur le déroulement de vos pleines lunes ou encore ce que Phyllis et Abaddon feront pour éviter que vous ne fassiez des dégâts à l'intérieur de Poudlard? »

Cette phrase n'était pas seulement une demande, c'était aussi un rappel à l'ordre. Abaddon se tendit et tourna la tête vers Rufus qui – au même moment – tournait vers lui son regard métallique. Oui. C'était un rappel à l'ordre. Abaddon resta pourtant le même, le même sourire sur les lèvres, le même regard insondable, le même visage de marbre. À croire que l'homme ici présent n'était pas un homme. Rufus laissa glisser son regard vers les jumelles, avec un sourire bonhomme et confiant :

« De toute façon, vous n'avez pas à vous inquiétez. Mademoiselle est tout à fait compétente et nous avons parmi nous le meilleur alchimiste que je connaisse. »
« C'est peut être car vous n'en connaissez qu'un seul... » Abaddon roula des yeux, amusé.
« Voyez » sourit le directeur « c'est qu'ils sont modestes en plus. » Rufus reprit son calme, mais toujours autant amusé. « J'espère que vous vous plairez ici. Poudlard est une grande institution, et je sais que ce que nous vous demandons est beaucoup de chose pour des loups garous. C'est un affront à votre fierté, et je suis fier de savoir que vous vous plierez à ses règles malgré tout. »

Abaddon resta silencieux. La fierté était typiquement ce qu'il haïssait le plus au monde. Un homme ayant trop de fierté, un être beaucoup trop fier... c'était ça, la gangrène du monde. Il fallait connaître la retenue, le sacrifice, le détriment de soit pour être quelqu'un de bien. L'alchimiste détourna le regard, fixant la porte, avec pour seule envie de sortir d'ici, réunion qui lui semblait bien longue.

Revenir en haut Aller en bas
K. & L. Staniera

K. & L. Staniera

Points de Maison : : 0/100
Messages : 23
Profession/Maison : 33

Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitimeLun 31 Aoû - 1:58

Enchanté.
Enchaînée. Tée.
Allons, serais-ce si désagréable de passer la nuit avec moi ?

Lheena n'eut pas le temps de répliquer quoique ce soit que déjà il s'était détourné, mais sa remarque moqueuse surpris quelque peu la lycane, qui l'observa d'un oeil neuf. Intéressant. Cet Abaddon marquait des points auprès de la jeune femme, bien qu'il semblait aussi aimable qu'une porte d'enclos, au moins n'était-il pas dénué de toute trace d'humour. Non finalement les nuits de pleine lune ne seront peut être pas aussi désagréable. Suivant le regard de l'alchimiste, elle se tourna vers sa sœur au prise avec le professeur chargé des cours de soins aux créatures magiques..

... b-bonjour. Vous euuh... vous allez prendre les appartements du garde chasse où ceux des professeurs finalement ?
Nous n'en savons trop rien encore... mais je suppose qu'il ne serait pas au goût de tous de faire entrer le loup dans la bergerie, si j'ose dire.
Nous avons bien Lilith. Un loup – même deux – font pâle figure face à elle.Lheena hulula doucement de rire.
Ah mais c'est que cette espèce de loup là, à la peau dure.
Ne vous inquiétez pas, je suis sûr qu'elles sont végétariennes. Les deux soeurs lancèrent un regard éloquent au directeur mais s'abstinrent de toute autre forme de réponse quand à leur régime alimentaire.
J'enseigne les soins aux créatures magiques, je connais fort bien votre cas, heureusement que le professeur O'Maclagen sera là pour vous aider et Abaddon également. J'ai toujours trouvé que les loup garous étaient des créatures surprenantes...
Je dois avouer que la plus surprenante des créatures qui m'est été donnée de rencontrer est bien en face de moi... professeur...
Allons, allons. Monsieur Cornedru est unique en son genre. Peut être aimeriez-vous avoir plus d'information sur le déroulement de vos pleines lunes ou encore ce que Phyllis et Abaddon feront pour éviter que vous ne fassiez des dégâts à l'intérieur de Poudlard ?

Kheeva grimaça, ce genre de sujet était bien là dernière chose qu'elle aurait souhaiter aborder surtout devant ces gens encore inconnus. D'autant plus que le ton avait un relent d'avertissement, poli certes, mais d'avertissement tout de même. Les deux hommes échangèrent un long regard, qui aurait pu passer comme un défi du jeune au vieux. Ce dernier finit par se tourner vers les louves.

De toute façon, vous n'avez pas à vous inquiétez. Mademoiselle est tout à fait compétente et nous avons parmi nous le meilleur alchimiste que je connaisse.
C'est peut être car vous n'en connaissez qu'un seul...
Voyez. C'est qu'ils sont modestes en plus. Les sœurs ne gouttèrent pas vraiment la plaisanterie. J'espère que vous vous plairez ici. Poudlard est une grande institution, et je sais que ce que nous vous demandons est beaucoup de chose pour des loups garous. C'est un affront à votre fierté, et je suis fier de savoir que vous vous plierez à ses règles malgré tout.
Fierté... Amour de la liberté... Appelez ça comme vous voulez. Lheena posa sa main sur l'épaule de Kheeva pour la calmer.
Personne, qu'il soit lycan, sorcier ou simple mortel, n'aime à porter un collier qui l'asservit. Voyez en cela, une preuve de notre bonne volonté.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Un collier pour cerbère. Empty
MessageSujet: Re: Un collier pour cerbère.   Un collier pour cerbère. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Un collier pour cerbère.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATTENTION - CLIQUEZ ICI :: ... et ses alentours. :: le lac et ses environs. :: l'entrée du château.-
Sauter vers: